Edmund Blair Leighton

The Accolade - Source art-magique.blogspot.fr

Dans le passé, à l’issue d’une visite d’une abbaye, j’ai eu un « coup de cœur » quand mon regard s’est posé sur des cartes reproduisant des tableaux d’Edmund Blair Leighton et que je me suis empressée d’acquérir: « The Accolade »  (l’adoubement, cérémonie où un homme est fait chevalier, peinture d’après un ouvrage français sur la chevalerie), « God Speed » (Dieu te protège) et « Stitching the standard » (coudre l’étendard, une 2ème version existe).

 

 

Par la suite j’ai découvert d’autres tableaux qui ont retenu mon attention : « Abelard and his pupil Héloise » (je venais de lire un livre sur Abélard et Héloise) , « The end of the song » (Tristan et Iseult), « The weddind regiter » (registre de mariage). 

 

The Wedding Register - Source Wikimédia

 

Nous avons visité beaucoup de « vieilles pierres », châteaux, abbayes… dont certains ont subi les affres du temps, mais dressent encore fièrement leurs murs malgré la végétation qui agrippe les pierres  et les oiseaux qui colonisent ces lieux. L’imaginaire tente de se projeter dans ces temps anciens où des instants de vie ont empli ces lieux. De même la littérature nous transporte dans des images hors du temps actuel. C’est pourquoi j’apprécie ces peintres qui rentrent dans ce monde et arrivent à transposer leur vision en réalité picturale. Je suis très sensible également au Fantasy Art issu de l’imaginaire de l’artiste qui mêle à la fois réalisme et fantastique et nous fait voyager dans un  monde visionnaire.

 

The keys - Source art-magique.blogspot.frUn autre tableau m’avait un jour interpellée du fait de sa part de mystère. Est-ce une châtelaine qui détient toutes les clés à l’époque médiévale? Où va-telle avec ces clés? Je n’ai pas retrouvé l’histoire de ce tableau. Beaucoup de peintures d’E.B.leighton sont dans des collections privées.

 

Maintenant grâce à Internet, source inépuisable de connaissances et d’images et photos en tous genres scientifiques et artistiques, on peut avoir accès entre autres à tous les Arts, peintures, sculptures, architectures, graphisme etc… ( pinterest et de nombreux sites d’Art…) et on ne peut qu’admirer tout ce génie créatif.

 

To the Unknown Land - Source art-magique.blogspot.frJe me pose un instant devant un tableau d’E.B. Leighton qui ne m’a pas laissée insensible « To the unknown land » (Vers le monde inconnu). Il représente la douleur d’une mère qui vient de perdre son enfant et cette barque qui semble passer tranquillement, empreinte de douceur et de paix,  où l’enfant repose dans les bras de l’ange plein de tendresse et de compassion. Je retrouve dans ce tableau la vision d’un autre artiste « l’Île des morts » de Arnold Böcklin avec cette barque qui emporte l’âme en terre inconnue vers l’éternité… Mais ce tableau d’E.B. Leighton est plus apaisant du fait que cet autre monde apparait comme un lieu non pas de solitude mais de paix.

Edmund Blair Leighton - Source avictorian.comEdmund Blair Leighton est un peintre britannique du mouvement préraphaélite dont beaucoup d’œuvres portent sur le Moyen Âge. Après avoir fait des études universitaires, il fut étudiant à la Royal Academy où il exposera ses tableaux, pendant plus de 40 ans. Nostalgique d’un passé chevaleresque, romantique et élégant, il produisait des tableaux détaillés, très décoratifs de scènes médiévales et de régence, avec un style presque photographique pour les visages et les vêtements.

 

 

 

Longtemps après avoir découvert ces cartes reproduisant des tableaux d’E.B. Leighton, je me suis intéressée au mouvement préraphaélite après une exposition sur Sir Edward Burne-Jones. Au cours de toutes mes recherches pour des articles de ce blog, souvent l’historique des thèmes m’a transportée au Moyen Âge et dans l’Art médiéval. De même le cinéma (films, documentaires, séries…) contribue à nous faire voyager dans le passé et dans d’autres mondes fantastiques ou imaginaires…

En 1848, sous le règne de la Reine Victoria,  des peintres (J.E.Millais, W.H.Hunt, J.Collinson, D.G.Rossetti), des critiques d’ Art (W.M.Rossetti, F.G.Stephens) et un sculpteur(T.Woolner) ont fondé la Confrérie « Pré-Raphaélite Brotherhood » à Londres. Les peintres signent parfois leurs œuvres avec ces initiales PRB.  Ils s’opposent à l’académisme victorien qui s’est enlisé dans des conventions strictes, avec des règles esthétiques issues de la Renaissance, menant à une impasse créative. Ils veulent créer une nouvelle peinture et retrouver la pureté et la liberté artistiques des primitifs italiens prédécesseurs de Raphaël, se référant non plus à la Renaissance mais à l’Art médiéval, les styles primitifs italien et flamand de la 1ère Renaissance.

Ils privilégient le réalisme souvent créé d’après nature, le sens du détail, des symboles, et les couleurs vives. Ils sont sensibles à la nature et aux questions sociales. Ils recherchent la perfection  tant au niveau de la forme que de l’expression.  Ils sortent de l’atelier pour peindre en plein air comme le feront plus tard les peintre du mouvement impressionniste en France. Leurs thèmes de prédilection sont le Moyen Âge, la mythologie, des légendes (les aventures du Roi Arthur…), la poésie, la littérature (Shakespeare, Dante, Keats…), la poésie, l’inspiration biblique, le paysage. Les conservateurs rejettent ce groupe mais ces peintres intéressent des amateurs et collectionneurs et ils acquièrent une certaine réputation. Dissout en 1852 ce groupe va se reformer avec une nouvelle génération de peintres qui privilégient l’esthétisme et le motif purement décoratif.

Un critique d’Art (J.Ruskin), va s’acharner à défendre leur mouvement, préconiser une vision morale et un rôle social de l’Art (avec des tableaux de la vie quotidienne), et proposer une conception poétique et mystique de la nature. D’autres peintres vont adhérer à ce mouvement (comme E.burne-Jones, W.Morris).  Cependant sous la pression victorienne, ce mouvement est moribond en 1854, pourtant en 1855 lors de l’exposition universelle, leurs œuvres enthousiasment le tout Paris. Une photographe J.M.Cameron les capturent avec son objectif et s’en inspire pour ses propres travaux. Ce mouvement fut assez éphémère mais influença d’autres mouvements artistiques du XIXème siècle comme l’Art Nouveau et le Symbolisme. Les principes préraphaélites vont perdurer et apparaitre dans les Arts décoratifs: vitrail, mobilier, illustration littéraire, tapisserie, ferronnerie…

Chaque artiste mérite qu’on s’y intéresse, c’est à chacun d’y retrouver sa sensibilité en découvrant tous ces nombreux talents.

The Boyhood of Alfred the Great - Source Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *