Statue de la Liberté

Tableau de sable New-York - Coucher de soleil

 

 

Source PinterestTableau de sable - Statue de la liberté - Paris - Île aux cygnesLa Statue de la Liberté de New York (sur l’île Liberty Island), ce grand symbole d’amitié entre 2 nations, est-elle toujours aussi porteuse de message de paix? La poursuite de mes tableaux de sable a ouvert la voie vers les répliques parisiennes de cette statue (sur l’île aux cygnes et au jardin du Luxembourg) .

 

La recherche de l’histoire de  ces statues est passionnante et ouvre bien des  portes avec des sujets à réflexion. À l’origine, Liberty Island était connue sous le nom de Bedloe’s Island et servait de base militaire. Les fondations d’un fort en forme d’étoile à onze branches servirent de base pour la construction du socle de la statue. C’est en 1877 avec le président Grant que fut donnée l’autorisation de préparer le site pour accepter la statue. L’Île changea de nom en 1956 et devint Liberty Island.

A Paris, la statue sur l’île aux cygnes (11,50m réduite au 1/5 ème du modèle original)  a été offerte par le comité des Américains à Paris à l’occasion du centenaire de la Révolution. Elle  fut inaugurée en 1885 (6 mois avant l’inauguration de sa grande sœur New-Yorkaise), en remerciement du cadeau de la France à New-York. Cette réplique a été basée sur le modèle en plâtre de Bartholdi. Mais en fait  la statue réelle, en bronze, fut installée sur l’île aux cygnes en 1889. L’inscription de sa tablette est « IV Juillet 1776 = XIV Juillet 1789 »,  évoque les dates d’indépendance des deux peuples.

 

 

Musée d' Orsay - Source carnetsdeweekends.frA l’occasion de l’exposition universelle de 1900, le sculpteur Auguste Bartholdi a offert au musée du Luxembourg le modèle en bronze beaucoup plus petit (2,85m de hauteur) qui lui servit à réaliser la statue de la Liberté à New-York. Cette statue a été placée en 1906 dans le jardin du Luxembourg. Cette petite réplique a finalement été déplacée dans la nef principale du Musée d’Orsay suite au vol de la torche et à sa dégradation générale. En 2013, une réplique plus récente de la Statue de la Liberté a été installée dans ce jardin.

 

 

On trouve deux autres statues à  Paris au musée des Arts et Métiers, l’une  est exposée dans l’ancienne église, à l’échelle 1/16. Il s’agit de la véritable statue originale puisque c’est celle qu’Auguste Bartholdi utilisa pour réaliser la statue new-yorkaise, par agrandissement. L’autre est installée à l’extérieure, sur le parvis du musée, réalisée sur le modèle de celle qui se trouve à l’intérieur et avec l’aide de Gustave Eiffel en 1881.

 

Une 5ème micro-statue de quelques cm, se retrouve sur  la sculpture de la place Michel Debré réalisée par César entre 1982 et 1985, installée sur le torse de ce Centaure. Deux autres sont sur une péniche et devant un Novotel. Enfin sur le Pont de l’Alma se trouve une réplique de la flamme de la statue, offerte par les États-Unis à Paris, mondialement connue car devenue le lieu de recueillement en mémoire de la princesse Diana, morte en août 1997.

 

La statue de la Liberté appartient au patrimoine de l’Unesco depuis 1984. C’est un symbole de liberté, d’émancipation vis à vis de l’oppression. Elle a été inaugurée en 1886. Au niveau mondial elle devrait rayonner mais qu’en est-il de la définition de la liberté?

Avoir la liberté c’est pouvoir agir sans contrainte dans des décisions ou actions (liberté individuelle), dans une vision de droits et devoirs de tout citoyen d’une nation (liberté collective). Ainsi ce mot « liberté » s’applique à l’individu (liberté d’expression , de conscience, de pensée, de culte, de circulation, de propriété, de travail etc…) ou à la collectivité  (liberté de presse, d’associations, syndicale, civile avec respect des lois etc…). Elle s’oppose à l’esclavage, la servitude, voire la captivité.

La définition de ce mot couvre à elle seule un vaste sujet tant sociétal, sociologique que philosophique. Selon la déclaration universelle des droits de l’homme la liberté d’expression est le fondement de toute démocratie et la «liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui». Ne dit-on pas « la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres ». Elle suppose des droits et devoirs. Elle est la possibilité de pouvoir agir selon sa propre volonté, dans le cadre d’un système politique ou social, mais sans porter atteinte aux droits des autres.

Pièces de monnaie - Liberté, Egalité, FraternitéMais avec la mondialisation, le développement de la technologie actuelle, l’informatisation omniprésente dans tous les domaines, avec la collecte de données personnelles, le libéralisme avec le capitalisme, le despotisme instauré dans certains pays, l’accroissement des inégalités…  ne remettent-ils pas en cause la « liberté individuelle » et dans certains pays la liberté d’expression, de communication, de presse, économique etc…? Ceci soulève un vaste débat. Et que penser à l’heure actuelle, de notre devise républicaine française issue de la révolution « Liberté, Égalité, Fraternité » gravée sur des pièces de monnaie? J’ai cherché des citations sur la liberté. Ce mot  interpelle tellement de « penseurs » qu’il soit philosophe, écrivain, politicien, historien, scientifique, juriste, journaliste, critique etc… qu’il est difficile de choisir des citations, je me suis donc arrêtée  sur 2 citations de poètes: Jacques Prévert et Victor Hugo

Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie. (J Prévert)

La liberté commence où l’ignorance finit. (V. Hugo)

Auguste Bartholdi - Source Wikipédia

Lion - Place Denfer Rochereau - ParisAvant de passer à l’histoire de la statue de la liberté,  arrêtons nous un instant à Frédéric Auguste Bartholdi (1834-1904). Il était peintre et mais surtout connu pour ses sculptures. De Colmar il est arrivé à Paris en 1936 avec sa famille à la mort de son père. Il étudia au lycée Louis-Le-Grand. Il devint l’élève d’un sculpteur (A.Etex) qui décela son aptitude à la sculpture. Il occupa durant 40 ans un atelier acheté par sa mère rue Vavin. C’est lors de voyages (Egypte, Arabie) qu’il découvrit des sculptures monumentales. Il avait eu un grand projet, non retenu, pour un phare avec une grande statue à l’entrée du canal de Suez apportant « la lumière à l’Asie » (s’inspirant  du colosse de Rhodes). En 1871 il fit son 1er voyage aux USA pour choisir le site de son projet: sa statue de la liberté. Il fut l’un des sculpteurs les plus célèbres en Europe et en Amérique du Nord au XIX ème siècle. IL a réalisé 35 monuments dans le monde parmi lesquels le lion de Belfort (1880), dont une réplique réduite se trouve place Denfert Rochereau à Paris.

La statue de la Liberté, éclairant le monde, a été offerte à l’Amérique par la France, en signe d’amitié, pour célébrer le centenaire de la Déclaration d’indépendance américaine. Dévoilée le 28 octobre 1886, elle pèse 204 tonnes et mesure 92,9m entre la base du piédestal et la torche.  C’est en 1871 que ce projet fut confié à Auguste Bartholdi auquel ont collaboré Eugène Viollet-Le-Duc (technique du repoussé du cuivre) puis Gustave Eiffel (pour la structure interne avec un pylône métallique supportant les plaques de cuivre martelées et fixées). Mais je ne vais pas développer toute sa conception architecturale ni m’attarder sur  sa structure interne.

Elle représentait la 1ère vision des Etats-Unis pour de très nombreux migrants après la traversée de l’Océan Atlantique. En 1870 Bartholdi sculpte une première ébauche en terre cuite et en modèle réduit (qui se trouve au musée Bartholdi à Colmar). Quant au modèle pour le visage toutes les hypothèses soulevées par les historiens (notamment le visage de la mère du sculpteur), tendent vers la synthèse que plusieurs visages féminins ont contribué à donner une image neutre et impersonnelle à cette statue.

Grand sceau de France - Source WikipédiaLa symbolique de cette statue avec la coiffe qui s’inspire du « grand sceau de France » symbole de la République française depuis 1848 ( seconde République). La couronne à sept branches symbolise les sept océans (Arctique, Antarctique,  Atlantique et pacifique: nord et sud, Indien) et continents de la planète (Amérique du Nord et du Sud, Europe, Asie, Afrique, Océanie, Antarctique). Pour sa statue Bartholdie se serait inspiré de plusieurs sources statuaires et picturales. La tablette évoque la loi ou le droit  (où est gravée la date d’indépendance des Etats-Unis)  et la torche représente la lumière.

Mais avant de commencer ce projet il a été nécessaire de faire des collectes de fond pour sa construction. 64 tonnes de feuilles de cuivre furent offertes par un donateur  industriel. La statue ne fut pas terminée à la date précise du centenaire de l’indépendance (4 juillet 1876)  après bien des aléas durant sa construction (financement incomplet, manque d’artisans et d’ouvriers, modèle en plâtre de la main brisé …). La vente de photos, affiches, maquettes et l’exposition du bras tenant la torche en 1976 permirent d’assurer le financement pour la fin des travaux. Lors de l’exposition universelle de 1878, la tête de la statue fut révélée au public dans les jardins du Champ de Mars.

 

La réalisation du socle de la statue avait été confiée par Bartholdi  aux Américains, pendant que les Français  se chargeaient de la construction de la statue puis de son assemblage. La 1ère pierre du piédestal renfermant une copie de la Déclaration de l’indépendance des Etats-Unis,  fut posée le 5 août 1884 après l’obtention difficile du financement de ce socle inspiré de celui du phare d’Alexandrie (R.Morris Hunt). Le socle est constitué de murs de béton coulé, de 6 m d’épaisseur, recouvert d’un piédestal en blocs de granit rose. Lorsque la dernière pierre de l’édifice fut posée, les maçons prirent plusieurs pièces d’argent dans leur poche, et les jetèrent dans le mortier. Les participants à la cérémonie déposèrent leurs cartes de visite, des médailles et des journaux dans un coffret de bronze, déposé dans le socle.

 

Source PinterestSource PinterestLes différentes pièces de la statue furent assemblées  dans les ateliers Gaget-Gauthier à Paris (rue de Chazelles) et arriva à New-York le 17 juin 1885 après des transports ferroviaire, fluvial  puis maritime. Il fallut attendre la fin de la construction du piédestal pour terminer l’achèvement de la statue. Elle fut réassemblée en sept mois, à partir du printemps 1886,  sur son socle enfin achevé et dont le financement a été assuré grâce aux dons de nombreux Américains enthousiastes. La statue de la Liberté fut inaugurée le 28 octobre 1886. Elle joua son rôle de phare de 1886 à 1902. Elle fut rénovée et restaurée plusieurs fois avec notamment remplacement de la plus grosse partie du fer de la charpente par de l’acier inoxydable,  renforcement de sa structure, remplacement de la torche originale par une réplique, rénovation des escaliers internes (354 marches conduisant à la tête de la statue et à sa couronne), installation d’un ascenseur dans le socle et amélioration du système de climatisation. La structure interne du bras droit fut elle aussi retravaillée.

 

L’accès à cette statue a été plusieurs fois fermé pour des raisons de sécurité (notamment après l’attentat du 11 septembre 2001 ou l’ouragan Sandy en 2012) ou des travaux d’entretien, de réparation  ou de rénovation.

Les répliques de cette statue sont nombreuses à travers le monde surtout en France et aux USA (mais aussi en Italie, Allemagne, Autriche, Japon, Viet Nam, Brésil…), peu en Angleterre où ce symbole de démocratie républicaine est dénigrée par les monarchistes anglais  mais apprécié par les indépendantistes écossais. Elle est devenue une icône populaire  retrouvée dans des films,  livres, BD, jeux vidéo, affiches, illustrations, logos, publicité etc … J’ai conservée en mémoire cette image de la statue ensevelie en partie sous le sable d’une plage, dans « la planète des singes ».

La planète des singes - Source Pinterest

 

Source PinterestSource PinterestBeaucoup de photos anciennes ont immortalisé la construction de ce monument dédié à la Liberté. Elle suscite toujours autant d’intérêt pour les amateurs de photos et je termine par celles dans la brume ou le soir de quoi méditer sur ce mot « Liberté »…

 

 

« Un instant de vie »

Tableau de sable - D'après D'après 1 photo ancienne Los Angeles, 1946 -  by Nina Leen - Source Pinterest

 

Pourquoi se hasarder vers ce nouveau sujet qui peut paraître un vaste sujet philosophique? C’est lors de mes recherches pour l’inspiration de nouveaux tableaux de sable que des photos anciennes ont touché ma sensibilité et motivé ce nouvel article.  En effet de ces petits « instants de vie » émane « une certaine âme ».

Waterloo Station, 1924 - Source Pinterest

 

 

Elles avaient déjà retenu mon attention lors de ma reprise du dessin avec ma curiosité d’en savoir plus sur l’histoire de la photo et plus récemment lors d’une exposition: les Nadar, une légende photographique.

Tableau de sableMais que représente un « instant de vie »? Pour l’un de mes proches « c’est seconde après seconde ».  La définition d’un instant est un moment très court, un laps de temps. Dans l’art de la photographie on parle d’instantané obtenu avec un temps d’exposition très court. Mais pour d’autres il se rapporte à un évènement heureux ou malheureux de leur vie personnelle, familiale  professionnelle, étudiante… Ce peut être une rencontre, la réalisation d’un projet, tourner une page, la réussite à un examen, un voyage, un évènement festif, une mélodie etc… La liste peut être très longue!!! En fait la vie est une succession de tous ces instants plus ou moins longs et c’est à chacun d’y retrouver sa propre définition.

 

ParisC’est ainsi que la vision d’instants de vie ont conduit l’imagination, l’exaltation d’artistes (peintres, dessinateurs, graphistes…) ou de musiciens, l’inspiration d’écrivains, de poètes ou de cinéastes, l’émotion et le ressenti de « tout un chacun »…  L’art de la photo permet  de capter toutes ces sentiments mêlés, accordant un bref instant à s’extraire d’un quotidien parfois difficile. C’est comme ce regard d’enfant pour un marionnettiste

Pour Rémy Donnadieu:

Il y a tant d’histoires à écrire dans une seule image, que chacun y invente la sienne.

 

Pour Marcel Proust:

La photographie est l’art de montrer combien d’instants éphémères, la vie est faite.

 

 

Tableau de sable - Georges Brassens - Source Pinterest

 

 

Pour Dorothéa Lange:

La photographie prend un instant hors du temps, changeant la vie en la retenant immobile.

Tableau de sable

 

Ces photos anciennes m’ont aidée à illustrer mon « escapade en vélo ». Ce n’est pas la nostalgie d’un passé révolu, mais c’est aussi l’émotion ressentie avec des images capturées avec nos objectifs photos lors de voyages ou balades, avec la recherche de prises de vue et de scènes de vie uniques voire fugaces.

 

 

Pour le  photographe Edouard Noubat:

Le joueur de temps sait qu’il n’y a pas de second instant.

 

Tableau de sable - Doudou sur un muret en Croatie

 

D’après Henri Cartier-Bresson:

C’est une illusion que les photos sont faites avec un appareil… Photographier c’est mettre sur la même ligne de mire la tête, l’œil et le cœur.

Savoir apprécier un instant de vie c’est aussi suivre le poète anglais William Blake:

 Voir le monde dans un grain de sable
Et les Cieux dans une fleur sauvage
Tenir l’infini dans le creux de la main
Et l’éternité dans une heure.

Pour Alfred Hitchcock:

La vie ce n’est pas seulement respirer, c’est avoir le souffle coupé.

C’est prendre cette expression au sens figuré « rester sans voix », du fait de l’émotion ressentie face en un instant de vie qui parait tellement beau. L’expression « instant de vie » ouvre de multiples sites sur internet, de photographies, de blogs, de livres…

Naples - Musée archéologique

 

Avant l’ère de la photographie les artistes peintres, sculpteurs, dessinateurs… prenaient du temps pour réaliser des scènes de vie et laisser ainsi un message  pour la postérité. Il suffit de voir toutes ces peintures murales italiennes (à Pompéi, Herculanum, Boscoréale, Stabies..), ces mosaïques,  et de nombreux musées à travers le monde pour imaginer des instants de vie à différentes  époques. Mais ce sont aussi les peintures murales d’un  passé beaucoup plus lointain comme de la grotte de Lascaux qui nous ont laissé ces messages.

 

 

 

Tableau de sable

L’Art de la photographie a établi un nouveau regard sur la vie et pour l’œil du photographe un instant de vie s’est mué en des fractions de secondes. Que ce soit un animal ou une personne il a tenté parfois de saisir l’image éphémère. Parfois c’est une simple expression d’un visage tellement fugace que le photographe tente d’accrocher.

Paris - Jardin du Luxembourg

 

Mais il a pris aussi le temps de bien ajuster l’objectif pour  immortaliser cette plénitude d’une personne  plongée dans sa lecture, paraissant détachée du monde extérieur. C’est aussi cette autre personne  plongée dans ses rêves en train de sommeiller sur un banc ou une autre en train de nourrir des pigeons.

 

 

 

 

Ce sont aussi des visages rencontrés lors d’un voyage ou ces enfants qui se sont prêtés au jeu de la pose photo, des moments de tendresse. C’est toute la vie qui anime  des marchés,  des parcs et jardins etc…

Ouzbekistan

 

 

Ce sont aussi  des artisans, des musiciens etc… qui offrent un bref aperçu de leur vie.

 

Les animaux offrent la vision de plein d’instants de vie qu’il est agréable de mémoriser. La photographie reste une ressource inépuisable pour fixer ces parcelles  de vie. 

 

 

 

C’est ainsi que l’œil du photographe a repéré l’oiseau en plein vol ou le  papillon qui s’est posé sur une fleur. Il a remarqué la noblesse du cheval et a tenté de conserver l’enchantement d’un pas de danse du cheval avec son cavalier lors d’un spectacle équestre (comme le Cadre Noir de Saumur ou le théâtre équestre de Bartabas).

 

 

 

 

Mais il a pris le temps aussi de se poser pour goûter un instant de tranquillité  avec des phoques alanguis sur un rocher. Il a su  fixer au loin des cerfs et des biches craintifs. Il a saisi tout le calme d’un chien reposant tranquillement  sur un banc ou percevoir l’omniprésence apaisante des chats. Il s’est amusé à suivre ces petits moutons malicieux dans leurs jeux et goûtant ensuite un repos bien mérité auprès de leur mère.

 

 

Sicile

 

 

 

Un instant de vie apparait aussi en une fleur qui s’ouvre et où l’insecte vient butiner et c’est aussi le vol d’une libellule ou d’une coccinelle… Il est difficile de tout décrire tant le choix  des photos est vaste, car sans arrêt l’œil du photographe est sollicité par tant de vie!!!

Parc de NoisielUn instant de vie c’est aussi un message sonore de vie, avec le chant d’un oiseau, le croassement d’une grenouille, le miaulement d’un chat, un air musical etc… et c’est  un moment  envoûtant tel celui engendré par l’orgue marin (de Zadar en Croatie)  qui  fonctionne grâce au ressac de la mer.

Tableau  de sable - Orgue de mer - Zadar - Croatie

 

 

 

 

 

 

Ce sont aussi des images numériques qui prennent vie en s’animant sur des murs (l’Atelier des lumières à Paris), des façades de bâtiments ou de carrières (Baux de Provence)…

 

Dans le monde chaotique d’aujourd’hui, prendre conscience de tous ces petits instants de vie permet d’avoir une vision d’images positives, de se ressourcer et d’avancer car comme disait Malraux:

La vie ne vaut rien mais rien ne vaut une vie.

Pour Marc Riboud:

La photographie ne peut pas changer le monde, mais elle peut montrer le monde, surtout quand le monde est en train de changer.

C’est aussi  le « Carpe diem » du poème d’Horace signifiant qu’il faut cueillir le jour présent sans se soucier de l’avenir (maxime qui orne souvent les cadrans solaires) ou pour Ronsard de « cueillir les roses de la vie ».

Henri Cartier-Bresson - Enfants jouant dans la rue - Source PinterestC’est pourquoi je termine par ces pensées de Henri Cartier-Bresson:

Le temps court et s’écoule et notre mort seule arrive à le rattraper. La photographie est un couperet qui dans l’éternité saisit l’instant qui l’a éblouie.

Pour moi l’appareil photo est un carnet de croquis, un instrument d’intuition et de spontanéité.

 

 

Escapade en vélo

Tableau de sable - Inspiration Photo Otho Lloyd, Barcelona, España, 1946

Plusieurs images ont contribué à de nouvelles recherches pour connaitre toute l’histoire de la bicyclette.

 

D’abord Internet est un prodigieux album de photos anciennes pour trouver l’inspiration dans la composition de mes tableaux de sable. Parmi ces images sont apparus des précurseurs de notre vélo actuel.

 

Ce sont des captures d’images lors de nos voyages, des instants de vie,  comme ces enfants en Ouzbékistan qui voulaient nous montrer leur inventivité à adapter de la lumière sur leur petit vélo..

 

C’est aussi ce tisserand écossais, d’une petite entreprise de tissage de l’île de Skye, qui a repris un métier à tisser et a adapté un système pédalier de vélo pour faire son tissu (Skye weavers powered by pedal). C’est ainsi que sportivement il tisse son beau tweed pendant des heures!!!

 

D’autres photos de vélo anciens ou en des lieux insolites ont été capturées au cours des balades, voire une peinture sur une palissade devant une vitrine en Écosse.

Irlande

 

Ecosse - Dumfries

 

C’est une histoire de tandem avec la visite de la petite île anglo-normande de Sercq (proche de Guernesey), qui ne se visite qu’à pied, en carriole, ou en vélo (location alors pour nous d’un tandem), car les véhicules automobiles sont interdits (sauf les tracteurs). Puis c’est l’acquisition d’un tandem moderne en remplacement d’un autre vétuste pour continuer une remise en forme  à deux.

 

Diseappearance - Michael Riendeau as Anthony Sullivan  sur son velo

Enfin c’est l’histoire d’un petit vélo jaune, aperçu dans une série télévisuelle (Disappearance), qui a ouvert une fenêtre sur mon enfance. J’allais à l’école primaire, chevauchant mon petit vélo jaune et comme la côte à monter était dure, mais tellement agréable à redescendre à la fin des cours!!!

Un peu d’humour de Pierre Dac :

« Il est idiot de monter une côte à bicyclette quand il suffit de se retourner pour la descendre »

C’est aussi la chanson de Yves Montand qui résonnait à cette époque:

Quand on partait de bon matin
Quand on partait sur les chemins
A bicyclette
Nous étions quelques bons copains…

Pour commencer ce nouveau voyage,  voici un aperçu des synonymes:  petite reine, bécane, cycle, bicycle, clou, vélo abréviation de vélocipède, biclou, tandem , mais aussi triplette, quadrupette, vélocifère ou célérifère, draisienne…

 

Wilhelmina Helena Pauline Maria, reine des Pays-Bas en vélo jardins du palais de Soestdijk 1938 - Source WikipédiaL’expression « la petite reine » serait liée à une jeune néerlandaise qui devient reine à 10 ans, grande amatrice de bicyclette (Wilhelmine d’Orange-Nassau) et parait dans un article en 1898 dans « la France illustrée »  alors que la souveraine est de passage à Paris. Ce surnom désigne ensuite la bicyclette elle-même, nom popularisé ensuite par un reporter qui dans son histoire du vélocipède a parlé de la « reine bicyclette ».

 

 

 

Le mot bécane a d’abord signifié mauvaise locomotive (1841), avec assimilation du bruit de la machine au cri de l’oiseau qui frappe du bec. Il a pris le sens de bicyclette en 1890. Ce nom a connu un renouveau après-guerre grâce au succès du constructeur Motobécane et de la célèbre Mobylette (1949), mot formé à partir de mobile et bicyclette. Actuellement il désigne aussi une machine, en particulier un ordinateur…

 

 

Le biclou est une expression argotique. Le clou a désigné fréquemment une automobile usée, un vélo usagé. Le mot biclou provient du croisement de clou et bicyclette.

Le tandem a connu ses heures de gloire vers 1930 à l’instauration des congés payés. Des couples qui ne pouvaient pas s’offrir le luxe d’une automobile pouvaient alors aller se balader ensemble sur les routes. L’expression « travailler en tandem » vient de là en référence à l’efficacité d’une action en duo. Il existe des versions à 3 ou 4 places: triplette, quadruplette. D’origine anglaise, le nom viendrait du latin tandem qui signifie « enfin, à la longue ». Ce mot était utilisé dans l’argot étudiant anglais pour exprimer l’idée de longueur d’un attelage interminable. Les étudiants raillaient ainsi les carrosses des personnes huppées, attelés d’une double colonne de chevaux, l’une à l’avant, et l’autre à l’arrière. Ce terme désignait auparavant un cabriolet découvert attelé de deux chevaux en flèche, d’abord en anglais (1794) , puis en français (1816).

 

 

 

Les premiers croquis illustrant un véhicule à 2 roues, ressemblant à une bicyclette, seraient attribués à Léonard de Vinci  mais dont l’authenticité n’a pas été prouvée.

Célérifère - Source pages.techno.free.frA la fin du XVIIIème siècle le Comte de Sivrac aurait inventé le « célérifère », premier véhicule à 2 roues présenté comme un cheval de bois auquel 2 roues auraient été fixées.

 

 

 

Karl Drais von Sauerbronn - Source WikipédiaL’histoire de la bicyclette remonte en 1817 avec un baron allemand (Karl Drais von Sauerbronn) qui a inventé sa « machine à courir ». Il était assis sur une poutre en bois reliant 2 roues et il avançait par action de ses pieds au sol. Cette « Laufmaschine » a été appelée ensuite vélocipède en 1818 et draisienne en l’honneur de son inventeur.

 

 

Kirkpatrick Mac Millan - Source PinterestEn 1839, l’écossais Kirkpatrick Mac Millan, forgeron,  fut le premier à perfectionner la draisienne en entraînant la roue arrière à l’aide de leviers et un système de pédales. Il devenait possible de rouler sans que les pieds ne touchent le sol par un mouvement de va-et-vient des jambes (et non un mouvement rotatif).

 

 

 

Bicycle de P et E Michaux - 1910 - Place de la Concorde - Source lepetitbraquet.frEn 1861 les Michaux, Pierre et Ernest  (serruriers) ont réparé et perfectionné une draisienne à la roue avant défaillante  en l’équipant d’une « pédivelle » (brevet d’invention en 1868), qui va devenir la pédale, d’où la création d’un pédalage rotatif. Le vélocipède (« michaudine ») est né et fut le premier succès commercial de la bicyclette. Le vélocipède à pédale connait un franc succès à partir de 1867.

 

 

 

Pierre Lallemant - 1870 - Source WikipédiaD’autres pionniers revendiquèrent avoir inventé un système à pédale comme Pierre Lallement dès 1862 qui émigra aux USA puis obtint un brevet américain en 1866 pour sa machine qu’il appella « bicycle ». Certains appellèrent cette machine « boneshaker » ( secoueuse d’os) du fait des roues, en bois cerclées de fer. Le confort relatif apparait en 1869 avec des garnitures de roues en caoutchouc dur.

 

 

 

 

 

Plusieurs inventeurs ont créé des prototypes nouveaux mais qui n’ont pas eu de suite comme cette machine entièrement métallique avec transmission par chaîne, conçue par l’horloger Guilmet et réalisée par le constructeur Meyer en 1869.

En 1870 un anglais James Starley améliora ce vélocipède , en l’allégeant et en le munissant d’un grande roue à l’avant. Le « Grand Bi «  est né permettant d’atteindre des vitesses plus grandes.

 

En 1879 H. J.  Lawson créa le système de transmission par chaine de la force du pédalage  ainsi fut créé le pédalier vers la roue arrière. Mais il ne connut pas le succès commercial du Grand Bi alors en plein essor.

Starley-cycle - Source PinterestC’est en 1884 à Jonh Kemp Starley (son neveu)  que l’on doit l’ancêtre de la bicyclette actuelle « la bicyclette de sécurité » car plus sécuritaire que le Grand Bi, avec des roues de taille raisonnable et une transmission par chaîne.

Depuis cette date la bicyclette a dans sa forme générale fort peu évolué, l’ère des pionniers se termine ouvrant la voie à une industrie en plein essor.

Ensuite ce sont des avancées technologiques qui se sont succédées:  avec l’apparition de système de chambre à air, en 1888, un vétérinaire écossais, John Boyd Dunlop, inventa un bandage en caoutchouc rempli d’air (qui contribua à améliorer le confort du cycliste),  les français André et Edouard Michelin apportèrent le pneu démontable en 1891 ( séparant la chambre à air du pneu). Les innovations se succèdèrent:  les freins (à patin, à mâchoire, à rétro-pédalage), les changements de vitesses, les dérailleurs etc… Au début, l’éclairage des cycles était constitué d’une bougie puis d’une lampe à acétylène montée à l’avant sur une suspension à ressort puis vinrent la dynamo et l’ampoule électrique.

Photo ancienne - Bloomer - Source PinterestLes bicyclettes sont devenues un produit industriel dès 1890 (en France Peugeot, Mercier, Manufrance…) et à des prix abordables. Ceci a contribué aussi à l’émancipation de la femme. En 1895 certains moralistes et médecins affirmèrent que « la bicyclette était une menace pour la santé physique et morale des femmes et encourageait exhibitionnisme et dévergondage, voire à développer des pratiques masturbatoires » (en chevauchant une selle et en se mettant en mouvement). De plus les vêtements à l’époque n’étaient pas adaptés. Les femmes se sont battues pour porter le bloomer (sorte de jupe-pantalon) pour pouvoir pratiquer la bicyclette et se libérer du corset.

 

 

En 1900 la bicyclette moderne est née avec  ses 2 roues de même taille, sa chaine de transmission et ses pneus démontables, gonflés à l’air. Beaucoup de modèles de vélo sont décrits (portant le nom de leur inventeur), vélo couché, vélo pliant, vélo de course, vélo utilitaire, side-car etc…. Ce fut le premier moyen de locomotion rapide utilisé par les policiers. Ils portèrent alors ce surnom d‘hirondelle, comme le nom de leur vélo, car leur silhouette avec la pèlerine flottant au vent évoquait cet oiseau …

 

Cette évolution technologique a eu un regain dans les années 80 avec l’apparition du VTT et de nouvelles innovations (changements de vitesse « indexés », suspensions, matériaux nouveaux (titane, fibres de carbone..). En un siècle, le vélo a beaucoup évolué, de la position du cycliste à la transmission en passant par la taille des roues. Aujourd’hui, l’évolution du vélo porte sur ses matériaux, sa transmission (courroie, électrique, boîte de vitesses) et ses équipements (suspensions, freinage),  toujours plus légers, confortables, faciles à utiliser. L’histoire du vélo est tellement vaste que plutôt de s’y attarder il est plus intéressant de se poser devant l’évocation du passé avec des photos anciennes. 

Ainsi beaucoup de photos anciennes montrent l’attrait du vélo de tout temps,  son utilisation en toutes circonstances,

 

 

autant les adultes que les enfants,

 

 

 

voire des exploits sportifs comme dévaler des escaliers en vélo!!!

ou ce fou du vélo

Photo ancienne - Source forum.tontonvelo.com

 

Beaucoup d’autres photos montrent des célébrités et des stars  chevauchant leur bicyclette.

 

L’engouement pour le vélo (économe en énergie) a de plus en plus « le vent en poupe » du fait de la montée des idées écologiques et de l’urgence de préserver notre planète de la pollution. Dans certains pays (notamment nordiques) c’est devenu tout un style de vie pour se déplacer. En France l’aménagement de pistes cyclables se fait progressivement. Une prise de conscience des avantages de la pratique au quotidien du vélo progresse avec ces notions des bienfaits pour l’environnement et pour la santé publique du fait de l’activité physique.

Tableau de sable - D'après une photo de 1933 - Source Pinterest

 

 

Pour terminer j’ai retenu mon coup de cœur: une photo d’Einstein pour réaliser un tableau de sable avec sa citation que j’affectionne:

« La vie, c’est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre »

 

 

 

 

 

Écosse « l’appel du large »

St-kilda-from-sea - Source Scotland info guide

 

St-kilda-fulmars-tallest-cliff - Source Scotland info guideAprès un 15ème voyage en Écosse nos objectifs photo captent toujours de superbes images. Ce n’est jamais la même lumière. La faune, la flore, les vieilles pierres, les paysages… chaque fois renouvelés  apportent l’émotion et les couleurs. L’envie d’en découvrir davantage nous a poussés à prendre des ferries ou de petites embarcations pour aborder des îles. Que d’îles encore à explorer!!! Ce sont des photos envoutantes actuelles et anciennes de livres (feuilletés dans un cottage de l’île de Skye), de l’une de ces îles, Saint Kilda, qui ont suscité ce nouvel article sur l’Écosse. Mais avant de m’attarder sur ce lieu (et son histoire) que nous n’avons pas parcouru, je vais « survoler » tel un drone, d’autres îles (surtout des Highlands à l’ouest de l’Écosse) sur lesquelles nous  avons « accosté » pour un jour ou une semaine (avec des milliers de photos recueillies…) et dont certaines mériteraient à elles seules de s’y attarder pour d’autres articles.

 

L’île se SkyeNeist Point lighthaouse est celle dont on ne se lasse pas  avec 9 séjours reposants. Elle est reliée à la côte nord-ouest de l’Écosse par un pont ouvert en 1995 (lequel au départ était payant) et fait partie des Hébrides intérieures. Elle est réputée pour ses paysages sauvages qui ont servi comme décors dans de nombreux films ou séries (notamment une ligne de crêtes allant de l’Old Man of Storr -monolithe de 55m de haut- au massif du  Quiraing -formation géologique d’origine volcanique-). De nombreuses randonnées jalonnent cette île dont certaines sont impressionnantes (telle celle pour accéder au phare: Nest point) et apportent chaque fois des images et sensations nouvelles. Une météo purement écossaise, très changeante, est à l’origine de jeux de lumière fabuleux.

Pont - Île de Skye

 

 

Quiraing

Raasay - Mermaid

Un petit ferry nous a conduits sur l’île de Raasay qui faisait partie du panorama quotidien de notre cottage sur l’île de Skye (« la Old Church »).

 

Skye - Raasay

 

 

 

 

 

 

Île de ScarbaLe livre « le Rayon vert » de Jules Verne nous a incités à suivre ses personnages dans leur périple « écossais. Au départ ceux-ci affrontent le détroit de Coryvreckan, dangereux avec un toubillon  vers l’île de Scarba inhabitée.  Une autre grande île Mull (au sud de l’île de Skye) a servi de « tremplin » pour accéder  aux îles de Iona (et son abbaye; évoquée précédemment) et  surtout Staffa étonnante, « point d’orgue » du roman avec « ses orgues basaltiques » et sa « Fingal’s cave » qui a inspiré de nombreux artistes. L’auteur avait visité cette île en 1879 et disait:

Staffa - Fingal's cave« Cette vaste caverne, avec ses ombres mystérieuses, ses chambres noires couvertes d’algues et ses merveilleux piliers en basalte, m’a vivement impressionné ».

 

Staffa

 

 

 

 

Sur l’île de Mull nos objectifs photos ont « capturé beaucoup de hérons très craintifs, difficiles à approcher.

 

L’ île de Seil plus au sud, est reliée à la côte par « le Pont de l’Atlantique » ou « Clachan bridge » (à une seule arche), conçu par John Stevenson, construit en 1792-93 , offre peu de visibilité quand on s’y engage!!. L’île conserve un passé typique, pittoresque avec ses maisons de pêcheurs blanches, alignées les unes contre les autres. Ces maisons au départ étaient celles d’ouvriers travaillant dans l’exploitation d’ardoises. Celle-ci cessa au XIXème siècle au profit de la pêche. Un superbe jardin floral envoutant (An Cala) complète ce tableau, très prisé des photographes amateurs de couleurs et d’authenticité.

 

Cormoran - TrenishC’est aussi la recherche de photos toujours plus surprenantes, moments de vie, sur des îles comme les Treshnish et Handa. Ce sont des réserves ornithologiques qui offrent de superbes prises de vue uniques. Ce monde des oiseaux est fascinant. Ces îles sont attirantes, mais parfois la météo changeante (comme une averse brutale) troublent l’enthousiasme du départ, puis un rai de soleil éclaire à nouveau ce spectacle vivant, tellement différent d’une agitation urbaine, de quoi retrouver une certaine sérénité…

 

Une autre île Bass Rock à l’est d’Edinburgh, inaccessible au public est le lieu de nidification pour des milliers d’oiseaux des fous de Bassan surtout. Ceux-ci teintent de blanc ce gros rocher escarpé cerné de falaises et côtoient  un phare blanc, les ruines d’un château et d’une chapelle.

 

ÎLe de Skye - Coral beach - LampayNos avons attendu la marée basse pour accéder à pied sur des petites îles où seuls cohabitent  des phoques et des oiseaux (Rough, Oronsay, Lampay…). Certains touristes peuvent se laisser piéger quand la marée  remonte!!!Lampay

 

 

 

 

 

 

Gigha - Plages jumellesUne petite île Gigha (côte ouest du  Kintyre péninsule du sud-ouest de l’Écosse) est intéressante à découvrir au printemps avec toute sa flore éclatante dans un grand jardin, et ses « plages jumelles ».

 

Lewis - Harris

 

Un ferry nous a menés aux Hébrides extérieures  Lewis-Harris. Là encore c’est comme chaque fois le même plaisir de découvrir de nouveaux  terrains de « chasse photographique ». C’est lorsque la lumière est la plus belle pour « capturer » toute la beauté des paysages que parfois c’est à « couper le souffle ». Pourtant loin de la pollution atmosphérique c’est un air pur iodé marin qui chatouille l’odorat quand la mer s’agite. Que retenir en plus de ces îles qui  mériteraient à elles seules un chapitre entier? Ce sont toutes ces grandes plages de sable blanc, très peu fréquentées, et toutes ces couleurs de ciel et mer alliant une large palette de bleus, verts, turquoise, gris de quoi inspirer l’âme créative d’artistes etc…

 

 

Lewis  comprend notamment le site mégalithique de  Callanish, ensemble majestueux de pierres érigées sans doute vers 3000 av J.-C. Les 13 pierres principales forment un cercle de 13 m de diamètre au centre duquel se dresse un monolithe de 4,8 m de haut. Quand le soleil du soir darde ses derniers rayons l’imaginaire peut voguer vers un passé tellement lointain que différentes théories essaient d’accrocher (calendrier, dévotion …??).  Les phares, protecteurs pour les marins, sont omniprésents en Écosse et sont des lieux de randonnées. Ils dressent fièrement leurs murs blancs  le long des côtes et sur les îles, mais le phare de Lewis est en briques rouges. Je termine ce bref aperçu par une des caractéristiques célèbres de Harris qui est son très beau tweed, fabriqué à partir de pure laine vierge teinte, filée et tissée à la main.

 

L’Écosse est reconnue aussi pour son whisky avec de très nombreuses distilleries, c’est ainsi que la petite île d’Islay en compte 6 (bientôt 8). Ce qui nous a marqués entre autres en ce lieu, c’est l’amabilité et la gentillesse des habitants souriants qui engagent spontanément des échanges. C’est ce petit port pittoresque bordé de cottages blancs avec une toute petite plage à Portnahaven.  C’est aussi  une curiosité, cette petite église  (parish church) avec ses 2 entrées que 2 villages se faisant face dans la baie, se partagent Portnahaven et Portwemyss. Une autre église (à Bowmore) présente une particularité, elle est ronde et selon la légende c’est « pour empêcher le diable de trouver une cachette »  (ronde à l’extérieur et ronde à l’intérieur).

 

 

Île d' AranD’autres îles (Bute, Aran, Kerrera) comme beaucoup d’autres îles possèdent leur histoire avec leur château, leurs légendes, leurs vieilles pierres, leurs menhirs… qu’il est intéressant de découvrir. Des petites embarcations nous ont menés aussi  à d’autres petites îles sur des lacs, lochs, ou rivière qui dressent fièrement leurs vieux murs, châteaux ou abbaye (loch Leven Castle où Marie d’Écosse a été emprisonnée, Threave  castle sur la Dee où un mannequin prisonnier pourrait apparaître comme un fantôme,  Inchmahome Priory fondé en 1238 sur le Lac de Menteith). Nous n’avons jamais pu visiter le château de Stalker situé sur une petite île (du Loch Laich). Au départ peu de visites étaient organisées, puis le nombre de visiteurs a été limité, enfin à deux reprises notre réservation pour l’embarcation menant à cette île a été annulée au dernier moment.

 

 

Inchmahome priory

 

 

Inchkolm abbeyChaque lieu reflète une certaine atmosphère marquée par son passé. Beaucoup d’autres îles seraient à découvrir lors d’autres voyages. Les îles Shetland et Orkney sont tout au nord. L’île de Inchcolm et son abbaye  est située au nord d’Edimbourg (sur le Firth of Forth) que nous apercevions à l’arrivée en Écosse quand le ferry de Zeebruge nous menait directement en Écosse (mais malheureusement ce ferry n’existe plus!!). Enfin bien d’autres îles des Hébrides intérieures  seraient à parcourir, comme l’île de Rhum petite île avec son château de Kinloch, sa géologie unique (noyau d’un ancien volcan) et dont l’historique est riche….

 

St-kilda-dun - Source Scotland info guide

Alors pourquoi un intérêt surtout pour St Kilda? Ce sont donc d’abord des photos assez spectaculaires et fascinantes qui ont motivé le désir de  connaitre plus l’histoire de cet archipel (à défaut d’avoir pu le visiter). C’est un site assez fantastique, perdu dans l’océan, battu par les vents. Il est isolé dans l’océan atlantique, loin des côtes écossaises (163Km) et des Hébrides extérieures (70Km), inhabité depuis août 1930.

Saint kilda - carteCet archipel volcanique (formé sur les restes d’un volcan annulaire) comprend les îles de Hirta (la plus grande île), Dun, Soay ( « l’île du mouton ») et Borera. Dun était reliée à Hirta par une arche naturelle détruite probablement lors d’une tempête. St Kilda présente des paysages spectaculaires, des falaises vertigineuses  parmi les plus hautes d’Europe qui tombent à pic dans la mer, des éperons d’érosion marine, des versants abrupts qui plongent dans la mer à partir de pentes escarpées de plus de 375m. Une  image plus reposante est  le village Bay sur Hirta sur un site en pente douce et où  sur cette île le plus haut point de l’archipel culmine à 430m (Conachair).

 

Pour illustrer ces propos j’ai « navigué » sur internet pour retrouver des photos anciennes et j’ai feuilleté des livres en Écosse.  St Kilda vu du ciel

 

 

 

 

 

St Kilda - Hommes oiseaux" -chasse aux fulmarsComment imaginer une colonisation humaine (inférieure à 100 habitants en 1851 qui n’aurait jamais dépassé 180), dans des conditions extrêmes d’une vie insulaire rude, sur cet archipel balayé par les vents et les tempêtes, isolé loin du monde extérieur qu’ils ne connaissaient pas. Le climat est océanique avec de fortes précipitations et la température reste fraîche. C’est aussi l’histoire humaine de « chasseurs d’oiseaux » à flanc de falaise (surnommés « hommes oiseaux »). Ils n’étaient pas des pêcheurs car la pêche était considérée comme trop dangereuse. Ils vivaient dans une nature hostile, dans la rigueur des éléments, en quasi autarcie, isolés pratiquement de la civilisation pendant des siècles (symbole de liberté et d’utopie). Ils vivaient et travaillaient ensemble, solidaires, unis jusque dans le mort de tous leurs actes de vie.

 

The St Kilda ParliamentLeurs rêves étaient souvent les mêmes. Jusqu’à la fin du XVIIIème siècle ils ne connaissaient ni l’écriture, ni la guerre, ni l’argent, ni le miroir… Ils avaient un grand sens de la communauté. A noter un aspect particulier de la vie à St Kilda chaque matin les hommes se réunissaient en un « parlement » journalier, après la prière, dans l’unique rue du village  et décidaient des activités du jour.

 

St Kilida

 

St Kilda - "Navire postal"

 

Jusqu’à la fin du XIXème siècle les habitants  communiquaient avec le reste du monde en allumant un feu au sommet du point culminant de l’île (Le Conachair). Puis un visiteur de l’île fut à l’origine de la création du « navire postal », petite bouée contenant un message pouvant ainsi envoyer ce message vers les îles Orcades, voire la côte ouest de l’Écosse en fonction des vents et courants.

 

L’histoire de St Kilda remonte à la préhistoire (découvertes archéologiques). Le 1er document mentionnant cet archipel date de 1202. L’histoire retrace la présence d’aumôniers et de Révérends (certains mieux appréciés que d’autres) tentant d’apporter leur religion (les insulaires étaient portés vers le druidisme). Puis ils améliorèrent les conditions de vie, et  amenèrent l’éducation scolaire.  

 

Départ de St Kilda - 1930Des navires au XVIIIème siècle apportèrent variole et choléra et pour repeupler des familles de Harris sont arrivées (comptant alors jusqu’à 100 habitants), puis 36 insulaires émigrèrent en Australie. Le début du tourisme au XIXème siècle apporta aussi le tétanos puis une épidémie de grippe frappa cette communauté en 1913. La population cependant est restée stable (75-80 habitants).  Alors que pendant des siècles cette communauté insulaire avait survécu dans un environnement rude et un isolement relatif, de nombreux facteurs en « sonnèrent le glas ». Le tourisme et la présence militaire de la 1ère guerre mondiale, la grippe en 1926, la mort d’une jeune femme d’une appendicite en 1930, de mauvaises récoltes, le départ de la plupart des jeunes, la population qui avait alors chuté à 37 ( en 1928) demanda son évacuation avec tristesse. Ils laissèrent le feu allumé dans leur cheminée et leur vieille  bible ouverte à la page de leur exode.

St Kilda - HirtaSt Kilda a été occupé depuis plus de 4000 ans jusqu’à ce départ des derniers habitants en août 1930. Des vestiges témoignent de son passé historique, des peuples qui y ont vécu et leur mode de vie (maisons, cleits: structures en pierre sèche, ).  La subsistance de ces peuples a été basée sur l’exploitation agricole des terres (orge, pommes de terre), l’élevage de moutons et les produits des oiseaux (viande, plumes, oeufs). Les marques du passé de cette civilisation insulaire sont des cercles de pierres énigmatiques datant de 1850 av J.-C , les ruines d’un village médiéval, puis la construction d’un nouveau village de « black houses » et de nombreuses petites constructions en pierre sèche appelées « cleits », jouant un rôle de conservation des différentes ressources, puis de resserres universelles (pour la tourbe, les filets de pêche, les céréales, pommes de terre, viande salée, fumée etc…). Ces cleits étaient des petites huttes, construites avec une pierre unique en guise de toit.  Les murs comportaient des petites pierres positionnées avec des interstices pour laisser passer le vent afin de préserver la nourriture exposée (en la rafraichissant).

 

St Kilda abrite des colonies d’oiseaux très importantes (surtout de  fous de Bassan, mais aussi de macareux, fulmars, pétrels, grands labes… et aussi une espèce endémique de troglodytes). C’est le plus grand sanctuaire d’oiseaux de l’Atlantique nord. Sur l’île de Soay des moutons sauvages (environ 200, race rare) témoignent de l’occupation antérieure de l’île (apportés par les 1ers résidents). Sur l’île de Bororay d’autres moutons issus de croisements sont les plus petits moutons des îles britanniques et dont l’existence est jugée critique.  D’autres résidents cohabitent des mulots, des phoques…. L’isolement de cet archipel a contribué à un manque de  biodiversité  et ne possède pas d’arbre.

St KildaCe patrimoine (classé au patrimoine mondial de l’Unesco pour son importance naturelle et culturelle, le site le plus inaccessible d’ Europe), est devenu la propriété du National Trust of Scotland en 1957. IL  est préservé, avec conservation du paysage et c’est une réserve naturelle protégée, un site d’intérêt scientifique. Le ministère britannique de la défense assure actuellement une présence depuis 1957, ainsi que des associations de conservation et de chercheurs. C’est un endroit jugé fascinant aussi pour la plongée sous-marine (avec cavernes englouties, arches et abîmes, mouvement des vagues produit par la houle observés jusqu’à 70 m de profondeur…).

Cet archipel a inspiré plusieurs  personnes: cinéastes, musiciens voire un opéra (joué  en 2007 en même temps dans 5 pays différents en mémoire de ce peuple), romanciers voire  des auteurs de  bandes dessinées. De nombreuses vidéo et photos sur internet permettent d’accéder virtuellement à cet archipel à défaut de le découvrir réellement…

 

 

Au hasard du cheminement d’un questionnement

Tableau de sable

 

Tableau de sableJ’ai retrouvé par hasard un petit papier, plié en trois, porteur d’un message, écrit d’une écriture fine et parfois difficilement lisible. Il fait écho à un article précédent « Absence » pour apporter une certaine lumière à un questionnement longtemps resté sans réponse, comme une longue marche dans un désert; mais il ne peut qu’entretenir la profonde tristesse d’être « passé à côté » de non-dits…

 

 

                                 Sens absent

Écouter,

Écouter, écouter, écouter!

Mais avec quel organe si ce n’est la cochlée,

Le tympan, marteau, enclume et étrier?

L’ouïe est condition de la vision,

L’absence d’ouïe modifie la vision,

Au point de la dissoudre à néant

Comme l’argile dissout les morts gisants.

Lire dans les regards, n’est-ce pas

Entendre avant tout les peines

Que le cœur par trop de tendresse

Se refuse à conserver

Au plus profond de ses fibres

Qui lui sont chères?

Ne pas entendre signifiant ne pas être entendu,

La surdité fatale oblige

Le sourd à être mutique

Leurs plaintes secrètes doivent le rester ou disparaître

Dans l’abîme des sentiments.

Mais si le flot de la conscience échoue à étouffer

Le mal complice de la tristesse

Alors le malheureux atteint de l’incurable surdité

Doit quitter le monde charnel qui le déchire

Pour un royaume où il est le Maître,

Le vide où les sens sont prohibés.

Il ne doit pas penser aux pleurs des proches sur son corps mourant

Car les larmes trahissent le sentiment que le sens manquant du sourd

Vise à réduire en pétales de fleurs en une infime fraction de bonheur.

Bienheureux est celui dont l’audition n’a pas faussé compagnie.

Malheureux soit le malentendant

Que la flûte de Syrinx attirait étant enfant

Et qui maintenant ne sont pas le moins du monde

Que l’extase n’est point l’onde que musiciens savent combiner en harmonies,

Mais au contraire au Néant, c’est-à-dire l’absence complète des six sens

                            La Conscience

                                              L’ivresse

                                                              La Mort salvatrice

 

Tableau de sable - D'après une photo de 1933 - Source Pinterest

 

Et il faut continuer d’avancer comme le disait Einstein:

« La vie c’est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre ».