« Résidences tertiaires »

Edmund Blair Leighton-Abelard et Heloïse

Tout débute par un tableau du peintre préraphaélite Edmund Blair Leighton avec son inspiration surtout tirée du Moyen âge et la lecture d’un livre relatant l’histoire d’Héloïse et Abelard. C’est une sorte de mythe de « l’amour libre » datant du du XIIème siècle. Il s’agit d’une passion charnelle, intellectuelle et spirituelle qui unit le maître Philosophe, dialecticien, théologien chrétien et sa jeune élève brillante et intelligente. Ils vont avoir un enfant Astrolabe qui sera élevé dans la famille d’Abélard. Ils se marient secrètement. Le scandale éclate et nuit à la carrière d’Abélard. Le chanoine Fulbert, oncle d’Héloïse fait émasculer Abélard. Héloïse prend le voile puis devient abbesse  au monastère Le Paraclet. Abélard devient moine. Loin l’un de l’autre, leur lien très fort va perdurer au travers d’une correspondance en latin qui maintient un échange philosophique et une admiration intellectuelle mutuelle. Depuis 1817 « leur dernière demeure » (un mausolée) se situe au Père Lachaise.

Père Lachaise-Héloïse et Abélard

Nos pas nous ont donc conduits au Père Lachaise à la recherche de leur dernière « résidence » où ils sont réunis pour toujours.

Quel calme ce Père Lachaise loin de l’agitation en ville! Lieu reposant et ombragé (5300 arbres y seraient répertoriés, avec bon nombre d’autres espèces végétales)  il évoque la nostalgie d’un passé révolu, avec tous ces noms de gens connus ou inconnus gravés dans la pierre et toutes ces sculptures et statues gardiennes de leur repos. C’est une sorte de musée à ciel ouvert. C’est le plus grand cimetière (maintenant intra muros) à Paris, lieu de promenade très calme.

Napoléon Bonaparte  décréta que « chaque citoyen a le droit d’être enterré quelque soit sa race et sa religion ». C’est au début du XIXème siècle que furent créés des nouveaux cimetières en dehors des limites de la capitale: Montmartre, Montparnasse, Le Père Lachaise, Passy.

Un Art de Vie - Père Lachaise - Chopin

C’est une petite fille de 5 ans (Adélaïde Paillard de Villeneuve) qui a été la première inhumée au Père Lachaise mais dont la sépulture a maintenant disparu. De nombreux visiteurs, des chats, des oiseaux et d’autres animaux (hérissons, écureuils, chauve-souris…) se partagent ce terrain de plus de 44 hectares avec ses 70000 tombes…. Que de pages biographiques faudrait-il rechercher et écrire du fait du grand nombre de sépultures de personnes célèbres (écrivains, poètes, peintres, musiciens…)!!! C’est article est comme une invitation à aller flâner en ce lieu ainsi que dans les autres cimetières parisiens pour les découvrir et que nous allons à nouveau parcourir pour capturer de nouvelles photos (les anciennes pour la plupart ayant disparu…)

Cette première approche nous a incités à découvrir lors de nos voyages d’autres « résidences tertiaires » ainsi décrites par l’un de nos  guides à l’étranger: en Italie à l’ombre de cyprès, à Venise situé sur une île San Michele, à Madère très fleuris, en Norvège nichés dans des coins de verdure…

 

 

Je vais m’attarder plutôt en Écosse avec toutes ces abbayes en ruine, leurs pierres tombales endormies dans un écrin de verdure,

 

 

les jeux de lumière sur ces vieilles pierres et les oiseaux qui apportent la vie en ces endroits témoins d’un lointain passé.

C’est alors que s’éveillent  l’âme du peintre qui recherche les couleurs à poser dans son imaginaire créatif

 

et l’âme du photographe à l’affut de la plus belle capture d’une prise de vue.

 

 

Mais ce sont aussi tous ces petits cimetières adossés à leur petite chapelle (souvent en ruine), qui semblent abandonnés, dressant encore fièrement des croix celtes,  et des sépultures couchées gagnées par la végétation.

Ecosse - Skipness

 

Qu’ils dominent la mer ou reposent à l’orée d’une forêt ils imposent calme, méditation, voire la sérénité car ils donnent un sens à la vie qu’il faut savoir apprécier. C’est la petite fleur sauvage qui timidement apporte sa note colorée, c’est l’oiseau plein de vie qui apporte sa note musicale, c’est un souffle le vent, une atmosphère…

Ecosse - Dunkeld

 

Enfin je vais terminer par un cimetière particulier et intéressant celui des chiens à Asnières, connu des amoureux des animaux que nous avons découvert en hiver. Il est le témoin de toute la tendresse et la tristesse des gens pour leurs compagnons disparus et qui ont tenu une place tellement importante voire réconfortante dans leur vie…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *