« Féminité absolue » en un parfum

Un Art de Vie

Tout médecin ORL est spécialisé pour traiter 3 parmi les 5 sens: ouïe, odorat et goût. Bien que le domaine de « l’oreille » reste ma préférence, la perte d’odorat, comme la perte de l’ouïe, est une plainte de patients assez fréquemment rencontrée. C’est avec une citation d’Hélène Keller (écrivain et conférencière américaine, sourde et aveugle) que je vais aborder cet article: « Les parfums sont de puissants magiciens pouvant vous transporter au travers des années que vous avez vécues ». Qui n’a pas eu l’évocation d’un souvenir face à une odeur qui ressurgit de l’inconscient, que ce soit une senteur florale, une fragrance de parfum ou des effluves et arômes   alimentaires.

Air du Temps

Depuis le début des mes années d’étude je suis restée fidèle à un seul parfum: « L’air du Temps » de Nina Ricci, crée en 1948. Alors que je faisais un stage hospitalier j’ai entendu un collègue étudiant dire que lorsqu’il sentait ce parfum dans le sillage d’une femme, il était comme envouté, près à la suivre n’importe où!!!  Je me suis intéressée par la suite à ce parfum. Robert Ricci a écrit que « le Parfum doit refléter l’âme de la femme qui le portera » et « si le Parfum est un Art, l’objet qui le contient doit être un chef-d’oeuvre, le chef-d’oeuvre d’un artisan ». J’ai été séduite d’emblée par la fragrance de ce parfum (crée par Francis Fabron), et la magie du flacon en cristal aux deux colombes (imaginé par Marc Lalique en 1951), symbole de  paix, sérénité, tendresse, amour, éternelle jeunesse (le flacon originel représentait un soleil en cristal et sur le bouchon était gravée une colombe).

 

Une trentaine d’ingrédients composent « l’Air du temps »  avec un accord fleuri-épicé:  œillet, gardénia, bergamote  (note de tête), souligné par la rose et le jasmin (note de cœur), l’iris, le santal, le cèdre, le musc, ambre (note de fond). Ce nom poétique exprimait la féminité rêvée, idéalisée « prête à déployer ses ailes comme les colombes », des jeunes filles de l’après-guerre prêtes à retrouver insouciance, paix et bonheur. Plus tard naitra l’image romantique de femmes-fleurs avec un parfum hors du réel (David Hamilton).

Au fil du temps j’ai collectionné les flacons.

 

 

 

Autrefois,  je suis allée visiter Grasse, capitale du parfum, et ses musées. Cette ville a connu son âge d’or au XVIII ème siècle avec l’essor de la parfumerie. Au XX ème siècle elle a du s’adapter face aux multinationales de la chimie et à la mondialisation. Elle s’est orienté vers la création des arômes alimentaires et de produits de synthèse pour la démocratisation des parfums (contenant actuellement beaucoup de produits chimiques de synthèse) et leur emploi dérivés (dans les produits de beauté et d’entretien).  Mais elle a gardé ses connaissances des matières premières, les installations etc…

Au même titre que l’œnologue, connaisseur en vin, qui ne travaille pas qu’avec le goût mais aussi avec l’odorat, le créateur, « compositeur » de parfum appelé « Nez » a un odorat très développé. L’un et l’autre sont de véritables « chefs d’orchestre », reconnaissant et assemblant toutes les senteurs et notes aromatiques. Il faut posséder de grandes qualités olfactives de mémorisation et d’identification des matières premières.

Orgue à parfum - Grasse - source Wikipédia - Taco Ekkel

L’histoire du parfum remonte à l’antiquité. Les Égyptiens et les grecs brûlent des essences aromatiques pour le culte des Dieux. Puis le parfum rentre dans le monde profane, paré de vertus apaisantes, envoutantes, séductrices, thérapeutiques…. Il est progressivement associé à la féminité avec Cléopâtre qui l’utilise dans ses bains parfumés et en onguents. Le parfum fait partie de la vie quotidienne des Romains. Les récipients en terre cuite font place aux flacons en albâtre, onyx, porphyre puis en verre et en faïence.

Ecosse - Carnet de voyage

Au Moyen-Age on assiste à un recul de son usage. Sous le règne de Charlemagne les plantes aromatiques et médicinales sont cultivées dans les jardins. Au XIIème siècle, l’ouverture de routes commerciales vers l’Orient apporte des nouvelles fragrances et la découverte de la distillation et de l’alcool éthylique. Les flacons sont en métal émaillé, en verre soufflé (Venise, Bohème). La culture des plantes à grande échelle se développe. Marco Polo apporte le commerce des épices.

A le Renaissance des parfums forts, capiteux et tenaces masquent les effluves corporelles.  L’époque de Louis XIV est marquée par une grande utilisation de parfums même dans les fontaines des jardins de Versailles. Une association nait en 1956 de « gantiers parfumeurs ».  Alors que je visitais ce château de Versailles, un historien nous a rapporté cette anecdote où Louis XIV a dit à l’une des se favorites « vous êtes mauvaise Madame » et elle lui aurait répondu « oui mais moi je ne sens pas mauvais »!!! C’est à cette époque que la région de Grasse développe l’art de la parfumerie. L’eau de Cologne va être créée. Les flacons en cristal enserrés de montures en or, en bois ou en cuir apparaissent fin XVII ème siècle.

Sous le règne de Louis XV les parfums sont plus délicats, sa « Cour parfumée » utilise un parfum différent chaque jour. Les flacons sont des véritables oeuvres d’Art (émaillé ou en porcelaine). La Révolution voit naître la disgrâce  des parfums associés à la Cour, lesquels reviennent avec le Directoire,  Joséphine et Napoléon. Au XIX ème siècle c’est l’essor de découvertes, l’apparition de la chimie moderne et de nouvelles techniques. C’est aussi l’essor des grandes verreries. Cela devient un Art à part entière et un objet de luxe. L’invention du vaporisateur date de 1870 (Brillat-Savarin).

A la Belle époque le parfum est un produit de Luxe. On va voir apparaître la création des grands parfum mythiques: Le N°5 de Chanel (1921), Shalimar de Guerlain (1925), et à la Libération  Miss  Dior (1947), L’air du temps de Nina Ricci (1948).. La fabrication industrielle va permettre aux classes moyennes d’accéder aux parfums qui deviennent  moins chers et  vont ainsi se démocratiser. L’offre autant féminine que masculine s’est étendue et diversifiée. C’est maintenant l’ère de la mondialisation avec une gamme sans cesse renouvelée , une grande diversité olfactive, un  « matraquage publicitaire » avec des stars pour la commercialisation et pour une consommation de masse.

Un parfum reflétait la personnalité de celui ou celle qui le portait. J’avais découvert  tellement de flacons différents dans la salle de bain d’un ami, assez original par ailleurs sur le plan vestimentaire et coiffure, que je n’avais pas pu m’empêcher de lui dire que « avoir plein de parfums différents montrait un manque de personnalité ». Il m’avait alors répondu « mais j’aime »!! Il n’y avait rien d’autre à ajouter car le choix de vie et d’y trouver son plaisir appartient à chacun.

Fillette et fleurs - aquarelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *