« Les mille et une ouïes »

Statue ORL-Bruges

L’organisme humain et animal relève d’une « haute technologie » et on en prend conscience quand une défaillance du système apparaît. Une « usure des rouages » survient avec le temps mais peut être prématurée… En tant que médecin ORL, nous supervisons trois des cinq sens  (ouïe, odorat et goût) mais c’est l’oreille qui reste ma préférence.

Aquarelle-Ecosse-d'après Anita Jeram

En tant que peintre c’est l’œil qui retient le plus mon attention. N’est-ce pas dit-on « le reflet de l’âme »! Un jour j’ai été fascinée par la couleur de l’iris d’une patiente; il était vert avec, au pourtour, un liseré parfait  brun clair à tel point que j’ai demandé à ma patiente si c’était une lentille, mais c’était bien sa couleur réelle…

Pendant plusieurs années, dans le cadre de la prévention, avec une infirmière nous avons été introduites dans des classes d’écoles primaires, collèges et lycées, pour sensibiliser nos jeunes aux nuisances sonores. C’était très intéressant. Pour cet article, je ne vais pas rentrer  dans les détails de ces séances, qui duraient environ 3/4 d’heure. Notre but n’était pas de leur faire un cours de médecine. Au départ avec une maquette d’oreille nous présentions le parcours de la vibration sonore en leur précisant que nous n’avions pas deux oreilles, mais « six oreilles » (externe, moyenne et interne)!!!

Oreille

Nous abordions ensuite le son proprement dit et avec réglet, diapason, dessins, sonomètre…Nous précisions les  mesures et caractéristiques du son (décibels, hertz, ultrasons, infrasons, vitesse du son, mode de propagation, échelle du bruit  etc…). Enfin nous exposions les nuisances du « bruit qui rend sourd » (en précisant que « l’oreille n’a pas de paupière » et est constamment à « l’écoute » et  en alerte même quand on se repose); de plus le bruit agresse sournoisement tout l’organisme et perturbe la santé (troubles cardio-vasculaires, gastriques, psychiques, sommeil etc…). Pour terminer nous donnions des conseils de prévention  (« pour apprendre à maitriser  le bruit »). Nous faisions un aparté sur les méfaits du téléphone portable au volant et nous leur donnions une brochure que nous avions réalisée dans le cadre de cette campagne de prévention dont le titre était « les mille et une ouïes ».

Je retiens une petite anecdote. En fin de séance nous demandions aux enfants s’ils avaient des questions. Un petit enfant s’est approché de moi, a mis sa tête contre mon pull angora, j’étais assez attendrie car tel un chaton il se frottait, en recherchant de la chaleur, en me disant « comme c’est doux, c’est doux »…  et il avait oublié sa question…

Pourquoi mon attrait pour l’oreille, car c’est une « mécanique de haute précision stéréophonique » qu’il faut préserver au mieux. Ce n’est pas un simple microphone car elle permet d’intégrer, comprendre et interpréter le message sonore. De plus je suis très admirative des chefs d’orchestre et musiciens qui ont une « oreille absolue » (don à reconnaître  toute  note de musique sans aucune référence préalable, associé à une discrimination des fréquences et une mémoire auditive exceptionnelle),

Chef d'orchestre

et de Beethoven qui a continué a composer alors qu’il était sourd avec des acouphènes (en interposant une canne de bois entre son crâne et le piano pour ressentir les vibrations du piano par conduction osseuse) et qui aurait sans doute pu être soigné avec nos traitements médico-chirurgicaux actuels. J’ai aimé le dessiner, assis sur une oreille interne, laquelle est structurée comme un piano

Oreille interne struturée comme un piano-Dessinateur?

Je ne vais pas faire un cours « d’anatomo-pathologie et physiologie » mais brièvement vous décrire le cheminement de la vibration sonore. Elle part de l’oreille externe (du pavillon), parcours le conduit auditif externe et atteint le tympan qui vibre comme « la peau d’un tambour » et qui entraine dans l’oreille moyenne le jeu des trois osselets (les plus petits os de l’organisme: marteau, enclume et étrier), pour entrer ensuite dans l’oreille interne remplie de liquides et siège des cellules auditives ciliées qui transmettent l’influx nerveux (message sonore) au nerf auditif puis  au cerveau.

Labyrinthe osseux

C’est surtout cette oreille interne qui a motivé cet article, car lésée elle ne relève d’aucun traitement, contrairement aux oreilles externe et moyenne. Elle est formée de deux parties:

-le vestibule en arrière pour l’équilibre (je ne vais pas parler des vertiges qui est un vaste sujet mais j’ai dessiné le vertige du lutin au dessus de l’oreille interne)

Vertige-Art de Vie

-la cochlée ou limaçon en avant (ressemblant à un minuscule coquillage). C’est une capsule osseuse qui renferme l’organe sensoriel de l’audition (Corti) qui comprend 15-20000 cellules sensorielles ciliées  (qui détruites ne relèvent d’aucune chirurgie et ne régénèrent jamais). C’est un nombre dérisoire comparativement aux milliards de neurones et aux millions de cellules visuelles!!!

Ce système auditif sensoriel est donc vulnérable. Il est important de préserver ce capital auditif. De plus les traumatismes sonores sont responsables non seulement de surdité mais aussi d’acouphènes (sifflements ou bourdonnements dans les oreilles) face auxquels nous sommes assez impuissants médicalement.

Je hais les pétards et la musique fortement amplifiée, ces walkmans ou baladeurs qui n’étaient pas bridés, ces motos qui pétaradent etc… sans parler des bombardements!!!

Des sketchs de Raymond Devos sont à découvrir: « ouï-dire » et « prêter l’oreille » de même  une nouvelle de Guy de Maupassant: « La bête à Maît’ Belhomme ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *