Ma vie en Bleu

Sicile

Couleurs et lumière sont une présence constante de notre vie et influencent nos choix, nos sentiments, notre Art de vie… Tous les goûts sont permis. Depuis longtemps je me suis intéressée aux couleurs, que ce soit en peinture ou en photo. Certains comme moi ont une préférence et mon regard est constamment attiré par le Bleu. J’en ai fait ma « marque » au niveau vestimentaire » (et non pas le « rose »!!!). Il est présent aussi dans la décoration… C’est pourquoi j’ai eu envie d’ouvrir ce chapitre sur cette couleur bleue qui apparait être celle préférée de plus de la moitié de la population occidentale.

 

Cette couleur a une teneur positive, c’est le bleu de la paix (« les casques bleus »), de l’espoir, la liberté. Il incarne beaucoup de sentiments:  sérénité, calme, volupté, loyauté,  vérité, sagesse, fraicheur, bonheur, douceur de vivre, romantisme… Couleur de la tendresse et de la douceur il s’oppose au rouge passion. Il est lié aussi au rêve, l’imaginaire, la créativité, l’illusion. D’autres l’associent à l’intelligence, la réflexion, l’intégrité, la confiance… Couleur du ciel et de l’eau, le bleu symbolise le divin, le spirituel, l’infini, il éveille des images de voyages. Vue de l’espace, notre terre est la « planète bleue » alors que Mars est la « planète rouge » et Vénus la « planète blanche ».

Venise

Mais il a aussi un sens négatif et évoque l’ombre de la nuit, les idées noires (« blue devils ») la mélancolie (avoir le « blues »), le spleen, le vague à l’âme.

La symbolique du bleu est différente en fonction des civilisations et des époques. Pour l’Égypte  pharaonique c’est une couleur porte-bonheur où elle incarne l’immortalité et la vérité.  Le bleu clair symbolise l’air et le ciel, le  bleu sombre du lapis-lazuli  la voûte céleste la nuit et les abysses, le bleu turquoise l’eau du Nil d’où jaillit toute vie. Pour les grecs et les romains c’était la couleur des barbares. les yeux bleus incarnaient une femme de peu de vertu ou un homme efféminé barbare ou ridicule.

 

Le terme bleu est utilisé dans de très nombreux domaines: économique, politique, financier, sportif, sociétal, gastronomique, transports, tourisme, littérature, cinéma, informatique etc… que je ne vais pas détailler car c’est un vaste sujet (cf. « le dictionnaire des mots et expressions de couleur, le bleu » de Annie Mollard-Desfour). Je retiens simplement le secteur médical: la « maladie bleue » traite d’une malformation cardio-vasculaire congénitale, « un bleu »  est une ecchymose, un tympan bleu atteste d’une longue évolution d’une otite séro-muqueuse, le « bleu de méthylène » est utilisé comme antiseptique ou marqueur.

Pierre

Mon plus ancien souvenir remonte à mon enfance où l’un de mes frères m’avait rapporté une petite pierre bleu collectée lors d’une plongée dans « la grande bleue » (la Méditerranée) et que j’ai toujours gardée précieusement. Je n’avais pas conscience alors que ce serait le début d’un intérêt grandissant pour cette couleur.

Saphir

Lapis-lazuli

Puis adulte on m’a offert des objets en lapis-lazuli. Le saphir  a marqué le début de ma vie conjugale; c’était la pierre préférée des peuples de la Bible.

 

 

J’ai beaucoup utilisé le bleu outremer dans « un Art de Vie ».

 

Ma collection de chats s’est agrandie, avec  de nombreux cadeaux de statuettes et  tableaux de « chats bleus ».

 

 

Beaucoup d’objets bleus divers  font partie du décor de la maison, des vases, des lampes et des coupes…

 

Le bleu est omniprésent dans le monde animal, végétal, minéral, mais aussi le ciel et la mer, l’Art… de quoi rêver, ouvrir des horizons. Il se décline dans un vaste nuancier de teintes allant du bleu clair au bleu nuit, s’étend des bleu-verts ou turquoise aux bleus violacés. Il est composé d’une très grande gamme de noms: outremer, cobalt, azur, ceruléum, cyan etc… Les mots bleu et azur ne viennent pas du latin mais sont d’origine germanique (« blau ») et arabe (« azraq »). C’est une couleur froide à l’inverse du rouge et du jaune. Ceci est utilisé dans la robinetterie avec une pastille bleue pour l’eau froide et rouge pour l’eau chaude. Associé à sa couleur complémentaire jaune-orangée, le bleu offre des tableaux fabuleux à l’aurore et au crépuscule que des amateurs de photos aiment capturer avec leurs objectifs.

 

La nature se pare aussi de cette couleur au niveau floral.

 

 

L’histoire des bleus est ancienne. Au départ les pigments étaient d’origine végétale (21 familles de plantes sont source de bleu) et minérale, puis chimique. Mon bleu préféré est l’outremer, autrefois obtenu par broyage d’une pierre semi-précieuse lapis-Lazuli importée du Moyen Orient, ce pigment  était le plus cher.  C’est en 1926 qu’il apparait sous sa forme synthétique (par Jean- Baptiste Guimet).

 

La richesse des couleurs et le conditionnement de la peinture en tube va révolutionner le monde artistique au XXème siècle (les impressionnistes, les fauves, les surréalistes, l’Art abstrait etc…). Beaucoup d’artistes contemporains se sont emparés de cette couleur bleue pour asseoir leur « marque ». C’est ainsi la couleur de prédilection de très nombreux peintres ( Klein, Matisse, Chagall, Miro, Magritte, Picasso et sa période bleue…), mais qui se voit aussi dans la sculpture et l’architecture. Des artistes contemporains ont accroché cette couleur  dans de grands espaces comme le désert (Jean Verame), l’Antarctique (Lita Albuquerque).

Le premier bleu est obtenu par les Égyptiens à partir de l’Azurite. Puis le bleu d’Alexandrie qui deviendra le bleu égyptien est produit par broyage en poudre de verre coloré au cuivre. Au XVème siècle c’est le broyage du verre coloré au cobalt qui donne le smalt très apprécié des peintres flamands et Léonard de Vinci. Dans l’antiquité c’est le broyage des feuilles de guède qui fournit l’indigo foncé. A partir du XIIème siècle la région du Languedoc voit naitre sa prospérité  grâce à la culture du pastel qui donne le bleu de guède ou bleu pastel, mais concurrencé au XVIème siècle par l’arrivée de plantes tinctoriales importées des Amériques par le Portugais. Le premier pigment synthétique moderne est le bleu de Prusse découvert par hasard en 1704 puis le bleu cobalt apparait en 1806 utilisé par Turner, Van Gogh… D’autres bleus vont suivre: céruléum, phtalo ou bleu monastral, bleu Klein….

 

Dans l’antiquité ce n’est pas une couleur (comme le noir, le blanc et le rouge), il n’est pas intégré à un système de valeurs. Au Moyen Âge la querelle des prélats chromophiles et chromophobes aboutit à la victoire des partisans des couleurs à la fin du XIIème siècle. Le bleu est réhabilité et devient la couleur du voile et du manteau ou de la robe de la Vierge et va teinter les vitraux, les émaux, les miniatures.  La couleur barbare devient divine. Le bleu devient royal, c’est alors la couleur vestimentaire de Rois de France et d’Aristocrates (Le noir c’est la Justice et L’Église). Il est présent dans des blasons, armoiries, insignes de fonction…  Le « bleu de Chine »  teinte des soieries des mandarins en Chine ainsi que les vêtements populaires. Les uniformes de soldats de la Marine se parent aussi de bleu… Par la suite vont apparaitre les bleus de travail à l’époque de l’industrialisation. C’est la couleur de la gendarmerie, la police… et dans les années 1960 c’est le blue jeans qui va devenir le vêtement le plus porté en Europe, crée par Levi-Strauss à San Francisco. Il est à noter aussi le surnom « d’hommes bleus » attribué aux Touaregs du Sahara dont la peau bleue est due à la teinture le leur chèche qui déteint sur eux.

Il représente une couleur masculine en Europe et aux États Unis, mais est associé à la féminité en Chine, au deuil en Iran, à la force et la sexualité en Inde, à la sagesse dans la tradition bouddhiste… C’est la couleur de l’ONU, l’Unesco, du drapeau de l’Union Européenne… Ce thème est tellement vaste qu’il est difficile d’aborder en détail toutes les disciplines concernées: physique-chimie, histoire, Art, symbolisme, psychologie, littérature, etc… Beaucoup de livres traitent des couleurs (cf livres de Michel Pastoureau). De même notre collection de photos  (de ciels, paysages maritimes, fleurs…)  est très importante, il est difficile d’en faire un choix pour illustrer ces propos. Je termine par ce bois de jacinthes sauvages  « bluebell wood ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *