“Les rêves sont la littérature du sommeil.” Jean Cocteau

Un Art de Vie

 

Le mot « rêver » à lui seul embrasse tout un univers fascinant, plein de mystères. C’est un verbe à la fois intransitif et transitif. Intransitif  c’est faire un rêve pendant le sommeil ou laisser sa pensée errer vers une rêverie. On peut alors « rêver éveillé » en contemplant un paysage, un tableau… et voguer vers un monde sensations, laisser son esprit s’évader vers  l’imaginaire. Mais c’est aussi un synonyme de divaguer, dire des choses déraisonnables, extravagantes,  ne dit-on pas: « mais tu rêves mon ami! ». Jusqu’au XVII ème siècle rêver avait une connotation négative au sens de délirer, radoter, déraisonner, puis il perd son sens 1er pour s’intéresser au sommeil au XIX ème siècle et devient aussi synonyme de songer.

Tableau de sable

Transitif  quand on rêve -à ou de- quelqu’un ou de quelque chose. On peut rêver sa vie ou d’une autre vie, mais aussi d’une situation voire se laisser emporter par l’utopie « qui n’a pas rêver de gagner au loto? »  et d’autres de réussir, de pouvoir, de gloire « Je m’voyais déjà en haut de l’affiche » chantait Charles Aznavour. On peut rêver aussi de châteaux en Espagne, d’îles lointaines, mais aussi de liberté, de paix, et bien d’autres espérances… C’est aussi rêver de partir, de voyager… Ce mot rêver ouvre la porte vers beaucoup d’aspirations avec l’espoir de voir les rêves se réaliser un jour…

 

Fais de ta vie un rêve, et d’un rêve, une réalité. Antoine de Saint Exupéry

 

Martin Luther King - Source Revue Des Deux Mondes« I have a dream » déclara  en 1963 Martin Luther King devant le Lincoln Memorial à Washington DC pour appeler à la fin du racisme aux USA, rêve de liberté et d’égalité dans un monde marqué par la haine et l’esclavage.

« Je fais le rêve que les hommes, un jour, se lèveront et comprendront qu’ils sont faits pour vivre ensemble comme des frères »

Beaucoup d’autres ont eu ce même message et des rêves de paix (comme Nelson Mandela, Ghandi …) et ainsi que l’a chanté John Lennon:

Imagine - John Lennon - Source Pinterest
Imagine all the people,
Imagine tous les peuples,
Living life in peace…
Vivant leurs vies en paix…

You may say I’m a dreamer,
Tu peux dire que je suis un rêveur,
But I’m not the only one,
Mais je ne suis pas le seul,

 

 

Pourquoi m’intéresser au rêve qui est un monde virtuel, dont le rôle exact reste encore aujourd’hui mal identifié et dont la neuroscience tente d’en déchiffrer les mécanismes. Il suscite de nombreuses questions de par son contenu, et aussi de son impact émotionnel. Le but de cet article n’est pas de chercher à connaître l’interprétation des rêves qui suscite la controverse, où il est impossible de donner une explication commune à des rêves individuels (vaste domaine, oniromancie ou divination ). Les rêves sont symboliques, c’est dans les détails du rêve qu’il faudra comprendre sa signification et non dans le sujet.

« Savoir, penser, rêver. Tout est là »   Victor Hugo

Mais ce qui m’a interpellée est une réflexion d’un de mes proches qui dit n’avoir jamais eu connaissance de rêves ou cauchemars de sa vie, comme si une « connexion » visuelle était débranchée, avec un sommeil normal cependant. Une absence de rêves peut se voir après un accident vasculaire cérébral, par une atteinte focale du cerveau, c’est le syndrome neurologique rare de Charcot et Willebrand. Certaines affections psychologiques et émotionnelles et le fait d’enchaîner de très courtes phases de sommeil paradoxal peuvent supprimer les rêves. Bien souvent, c’est le désintérêt pour ce monde qui provoque l’absence ou un problème « d’encodage de souvenirs » à la sortie du sommeil paradoxal. La consommation de cannabis, somnifères, tranquillisants, alcool … peuvent avoir un effet « anti-rêves » . Une hypothèse suggère que le cerveau aurait besoin de se réveiller, même durant un laps de temps court, pour pouvoir crypter les informations du rêve. Des scientifiques ont constaté que les « grands rêveurs » ont une activité cérébrale plus forte et un taux d’éveil plus élevé que les « petits rêveurs ». C’est ce qui leur permettrait de mieux se souvenir de leurs songes. Les gros ronfleurs avec apnées du sommeil ont un sommeil déstabilisé avec des cycles de sommeil déréglés et une capacité à rêver qui serait perturbée,  d’où un lien évoqué ronflements et absence de rêves??

 

Un Art de Vie

De très nombreuses études s’intéressent aux rêves. On ferait plus de 100 000 rêves au cours de notre vie et on oublierait  près de 90% de ces rêves!!! Nous rêvons en couleurs cependant selon les estimations 12% de la population rêve en noir et blanc. Certains ont trouvé une corrélation entre les débuts de la télévision en noir et blanc où alors davantage de rêves monochromes auraient été recensés et ils considèrent l’impact important de la télévision et des films sur nos rêves.  Une expression canadienne « rêver en couleur »  signifie être trop optimiste, voir trop grand et ne pas voir la réalité en face. L’anxiété est l’émotion la plus vécue dans les rêves  et les émotions négatives sont plus courantes que celles positives. Certaines perceptions sensorielles extérieures assimilées par le cerveau, comme des stimuli sonores peuvent être incorporés dans des rêves, de même des sensations tactiles, des odeurs, le goût, mais ce sont aussi des émotions (peur, stress, joie, satisfaction etc…).

« Le Rêve est une seconde vie. Je n’ai pu percer sans frémir ces portes d’ivoire ou de corne qui nous séparent du monde invisible »  Gérard de Nerval

Des scientifiques seraient parvenus à découvrir que que des fœtus in utéro rêvent également. Selon les études, les hommes rêvent de personnages masculins à 70% , tandis que pour les femmes ce serait à parité égale et les rêves des hommes auraient tendance à être plus violents, plus agressifs, plus négatifs que ceux des femmes. Selon une étude danoise les déficients visuels éprouvent des sensations physiques, impliquant l’ouïe, le goût et le toucher, voire une impression visuelle s’ils ne sont pas nés aveugles. Selon des scientifiques, le sommeil et les rêves permettraient de mieux apprendre car aidant le cerveau à  trier les informations reçues et à les mémoriser à différents niveaux, améliorant ainsi les performances.

 Tableau restauré - Source Emmaus - Auteur inconnu

Le sommeil est une succession de 3 à 5 cycles durant environ 90 minutes: phase d’endormissement, sommeil lent léger, sommeil profond, sommeil paradoxal. Au départ durant le sommeil lent l’activité du cerveau ralentit progressivement  où le moindre bruit peut nous réveiller. Puis vient le sommeil profond où le cerveau est de plus en plus insensible aux stimulations extérieures. Le sommeil paradoxal termine ce cycle où le cerveau est très actif avec une activité électrique cérébrale très rapide et désordonnée, où l’activité onirique est la plus intense et la plus débridée. Mais le rêve peut intervenir à tous les stades du sommeil dans des proportions différentes. La durée de ces cycles évolue au cours de la nuit, le sommeil profond est plus important au début de la nuit et c’est le sommeil paradoxal en fin de nuit qui prédomine. Les somnambules qui « se promènent en dormant » sont dans un sommeil profond avec le corps en mouvement et les yeux ouverts. L’origine de ce comportement sans risque se trouve dans les gènes et le stress.

Le rêve intéresse différentes sphères scientifiques comme la neurobiologie, mais aussi la philosophie, la psychologie et  la psychanalyse (Freud, Jung…), les religions, le monde artistique  (littérature, poésie, peinture, graphisme, musique, cinéma …).

Aquarelle pour une crècheRêves de Robert Desnos dans l’état de veille

Poser sa tête sur un oreiller
Et sur cet oreiller dormir
Et dormant rêver
À des choses curieuses ou d’avenir,

Rêvant croire à ce qu’on rêve
Et rêvant garder la notion
De la vie qui passe sans trêve
Du soir à l’aube sans rémission.

Ceci est presque normal,
Ceci est presque délicieux
Mais je plains ceux
Qui dorment vite et mal,

Et, mal éveillés, rêvent en marchant.

Ainsi j’ai marché autrefois,
J’ai marché, agi en rêvant,
Prenant les rues pour les allées d’un bois

Une place pour les rêves
Mais les rêves à leur place.

Nombreuses sont les transcriptions des rêves, riches en images et émotions (créées par le cerveau) qu’ils soient plaisants, bizarres,  ou effrayants. Ce sont les rêves lucides (conscience d’être en train de rêver avec capacité d’agir sur le scénario du rêve), créatifs, prémonitoires, sexuels, ou les cauchemars… « Le rêve créatif » peut être une source d’inspiration pour des personnes qui trouvent un écho dans un rêve pour composer un nouveau projet (artistes peintres, écrivains, scientifiques, musiciens, poètes…).

« Le rêve est la forme sous laquelle toute créature vivante  possède le droit au génie, à ses imaginations bizarres, à ses magnifiques extravagances »  Jean Cocteau

Le rêve pose la question de sa signification, sa fonction. L’onirologie est l’étude des rêves et l’hypnologie l’étude du sommeil. Certains médicaments favoriseraient les cauchemars (bêtabloquants, traitement de la maladie de Parkinson…) mais l’arrêt de certains autres médicaments peut les favoriser (antidépresseurs), de même le sevrage alcoolique mais de façon transitoire.

Un Art de Vie

Il n’existe pas de réel consensus sur la définition du rêve qui varie selon le point de vue  psychanalyse ou  le versant neurosciences. Pour Freud le rêve est « l’accomplissement d’un désir et mène à  la connaissance de l’inconscient » . Pour Jung il permet de « rétablir l’équilibre du psychisme » . Le neurologue Claparède (1905) fonde sa théorie de la fonction biologique du rêve qui serait « un exercice de création permettant la réactivation de processus mentaux et le test de comportements acquis ou innés » .  Le rêve rappelle une pensée ou émotion d’un état de veille lors du sommeil. Il est  différent d’une rêverie ou une hallucination qui sont vécus à l’état de veille. Certains le définissent comme une « activité mentale pendant le sommeil » . La découverte en 1928 en neuroscience de l’électroencéphalographie a permis l’étude de l’activité électrique cérébrale et a établi une  correspondance évidente du  rêve avec le cerveau.

« J’aime rêver. La science ne rêve pas. Mais ce qu’elle découvre est la plus formidable de toutes les matières à rêver »   Jean D’ormesson

 

Magritte - la clé des songes - Source PinterestLe monde des rêves a toujours attiré les hommes et est considéré comme important dans beaucoup de cultures et religions anciennes. Certaines cultures ancestrales (Aborigènes d’Australie) lui confère même un caractère sacré. Il a été analysé comme un moyen de s’affranchir du temps, de l’espace et de parvenir au surnaturel. Il relève de beaucoup de mythes et croyances. Les rêves prophétiques, prémonitoires, intriguent et font débat. Prédire l’avenir serait un rêve humain pour calmer les angoisses.! « La clé des songes » est un ouvrage qui a fasciné tout le Moyen Âge en tentant de décrypter le sens des rêves. Souvent associé à des mythes, depuis la plus Haute Antiquité les hommes ont cherché à percer l’énigme des rêves. Un recueil à Éphèse (Onirocriticon d’Artémidore au IIème siècle) porte sur l’interprétation de plus de trois mille rêves selon des traditions recueillies auprès de mages et de devins. Magritte avec l’un de ses tableaux la clé des songes montre que le langage des rêves est symbolique et dont les images  sont  à interpréter.

Dans l’Égypte antique les rêves sont considérés comme des messages envoyés par les Dieux. Au XII ème siècle l’Inquisition a assimilé l’étude des rêves à la sorcellerie et l’a interrompue. Dans la pratique chamanique le rêve représente un voyage de l’âme.

Füssli - Cauchemar - Source WikipédiaDes expressions  populaires se rapportent aux rêves et au sommeil: souhaiter à quelqu’un de « faire de beaux rêves », « rêver dans les bras de Morphée » (se rapporte à la mythologie) ou dormir d’un « sommeil de plomb » et « la nuit porte-t elle vraiment conseil »? De très nombreux articles sont consacrés aux rêves et au sommeil. Beaucoup d’artistes se sont inspirés du contenu irréel des rêves et cauchemars, comme par exemple le peintre Johann Heinrich Füssli qui a consacré plusieurs tableaux au cauchemar. Le rêve en a inspiré plein d’autres (par exemple Jean Lecomte du Nouy, Puvis de Chavanne, Picasso etc…).

 

 

 

Cet univers des rêves est tellement vaste et empreint de mystères,  qu’il est difficile de le définir précisément et qu’il appartient à chacun d’y trouver ce qui l’intéresse. Il soulève beaucoup d’interrogations. Pourquoi rêvons nous? D’où viennent les rêves? A quoi servent-ils? Source d’inspiration et d’imaginaire je termine par ces quelques vers d’ Albert Mérat :

J’ai rêvé cette nuit mon rêve le plus beau : 
Ton âme m’éclairait le cœur comme un flambeau, 
Et je voyais ton cœur au soleil de mon âme.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *