Lien poétique

Maurice Rollinat

Une poésie avait marqué ma petite enfance « La biche »  de Maurice Rollinat  (Les refuges, 1883)

La biche brame au clair de lune
Et pleure à se fondre les yeux :
Son petit faon délicieux
A disparu dans la nuit brune.

Pour raconter son infortune
A la forêt de ses aïeux,
La biche brame au clair de lune
Et pleure à se fondre les yeux.

Mais aucune réponse, aucune,
A ses longs appels anxieux !
Et le cou tendu vers les cieux,
Folle d’amour et de rancune,
La biche brame au clair de lune.

Ecosse

 

Je n’imaginais pas alors ce que peut être la douleur d’une mère et d’un père  ayant perdu leur enfant.

Ecosse

Ensuite, durant le parcours scolaire et l’étude de tous nos grands auteurs, comme beaucoup j’ai découvert Victor Hugo

Victor Hugo

et qui ne connait pas « Demain dès l’aube… » (Les Contemplations, 1847)

Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.
J’irai par la forêt, j’irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j’arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

Ecosse

 

Victor Hugo s’adresse à sa fille Léopoldine, noyée accidentellement avec son mari et voici les derniers vers de cet  autre très beau poème  Charles Vacquerie.

Vivez ! aimez ! ayez les bonheurs infinis.
Oh ! les anges pensifs, bénissant et bénis,
Savent seuls, sous les sacrés voiles,
Ce qu’il entre d’extase, et d’ombre, et de ciel bleu,
Dans l’éternel baiser de deux âmes que Dieu
Tout à coup change en deux étoiles !

Mais la vie continue et il  a écrit de superbes poèmes  ( comme l’Art d’être grand-père, Les chansons des rues et des bois…) et Victor Hugo est une légende: grand artiste polyvalent,  auteur (théâtre, romans, poésies), mais aussi dessinateur (plume, encre…) et photographe, de quoi emplir une vie entière.

Nous avons visité sa maison, « Hauteville House »  à Guernesey, lorsqu’il était en exil et qu’il a habitée pendant 15 ans.

L’intérieur de cette maison, aménagé et décoré par lui-même, est vraiment particulier. J’étais loin d’imaginer cet univers unique, hétéroclite, assez extravagant, avec un mélange de styles et de matériaux (tapisseries, boiseries, faïences…), lieu d’écriture pour certaines de ses grandes œuvres (Les Misérables, les Travailleurs de la mer…).

D’une atmosphère sombre au départ on arrive au dernier étage lumineux avec vue sur la mer (belvédère, crystal room ou look-out)  où il déploya toute son imagination créative, en écrivant debout.

2 réflexions sur “Lien poétique

    • Je vous remercie de votre commentaire et je pense vraiment que vous ne regretterez pas un séjour à Jersey-Guernesey

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *