Parcours écrit dans « Un Art de Vie »

La vie est jalonnée d’obstacles qui semblent parfois insurmontables. Elle peut aussi s’arrêter brutalement et affecter profondément une famille et « c’est le vide glacé laissé par une vie qui s’est arrêtée ». C’est pourquoi je dédie ce livre à Hana et Diana , 2 amies de ma fille qui ont perdu la vie (accident et suicide).

 

Dans ma vie professionnelle et relationnelle, j’ai côtoyé bien des situations et des parcours  difficiles. Parfois on s’accroche à une attirance, à une illusion, mais c’est la tourmente, le tourbillon  de la vie.

 

Le désaccord puis le conflit apparaissent et conduisent à la rupture. Avec la tromperie et la jalousie, c’est le  désenchantement par la suite avec disputes et insultes.

 

On croyait alors en un amour vrai et il se termine par un divorce et j’en ai vu beaucoup dans mon entourage, avec  procès, déchirement, larmes, regrets… « Amour qui n’est plus et c’est l’affrontement, Amour déchu et c’est le déchirement, Amour perdu et c’est l’effondrement ».

Art de Vie

Puis par magie, c’est un nouvel essor et une nouvelle vie où « la page se tourne » et un nouveau chapitre s’écrit.

 

Parfois c’est l’immaturité, l’insouciance, l’ivresse ou la négligence qui entraînent un non retour. C’est une « perte de repères qui déstabilise et fragilise ». Le travail est source aussi de tracas, de fatigue, de harcèlement qui entraînent « désengagement et démotivation ». Le stress, voire le burn-out s’en suivent. C’est le sommeil  qui déserte et ce sont les cauchemars qui affluent.

 

C’est alors qu’il faut tendre la main, être présent et à l’écoute, et apporter  aide et soutien (pas uniquement avec des anti-dépresseurs!).

 

La santé est le plus beau cadeau de la vie que l’on possède mais on ne s’en rend compte que lorsque le mal est là. Un diagnostic posé peut alors entraîner la peur qui s’insinue, « C’est l’appréhension du devenir dans l’avenir » .

Art de Vie

C’est la chaleur d’une amitié qui va réconforter.

 

Parfois c’est l’émergence d’un passé douloureux qui ébranle. Mais ce sont aussi tous les souvenirs du passé qui disparaissent dans une inondation ou un incendie, et ce n’est alors que désolation.

 

Puis la solidarité se manifeste pour aider à un nouveau départ.

Art de Vie

La vie actuelle n’est pas toujours facile à apprécier avec incertitude, égoïsme et individualisme ambiants, ce qui entraîne pessimisme et « mal de vivre ». C’est le théâtre aussi de vieilles querelles, de conflits, mais aussi de haine et d’intolérance, « affrontement entre deux mondes parallèles, c’est l’équilibre fragile qui vacille » .

 

Je dédie aussi ce livre à toutes les victimes de violence ou d’attentat, ainsi qu’à leurs familles et proches endeuillés.

Art de Vie

Et la vie doit continuer.

Cheminement pictural dans « un Art de Vie »

Art de Vie

Pour pénétrer dans ce livre, j’ai emprunté bien des escaliers:

Art de Vie

J’ai franchi plusieurs portes et j’ai ouvert des fenêtres:

 

J’ai voyagé en Écosse, en Bavière, à Venise, au Mont Saint Michel, en Égypte, en Turquie, à Pompéi… J’ai erré dans le désert:

Mais j’ai aussi flâné sur des plages:

Art de Vie

Je me suis penchée sur des puits:

 

J’ai pris des barques et des bateaux:

Art de Vie

Et j’ai vu des mirages et des arcs en ciel:

Art de Vie

J’ai admiré la nature et respiré le parfum des fleurs:

 

J’ai contemplé le vol des oiseaux:

Art de Vie

 

j’ai apprécié la compagnie des chats:

 

J’ai tendu des fils où j’ai accroché des perles et des gouttes de rosée mais aussi des larmes:

 

Et j’ai aussi tendu des mains:

 

J’ai prêté l’oreille à la musique mais j’ai eu aussi  le vertige:

Art de Vie

 

J’ai fixé des miroirs et je me suis posée sur des chaises ou des malles:

Art de Vie

J’ai joué:

 

Enfin  je me suis relaxée dans la lecture ou la peinture:

Art de Vie

 

Après ces quelques dessins, l’article suivant va poursuivre la plongée dans le livre en suivant le cours des pensées qui accompagnent les aquarelles.

Alliance plume pinceaux

Art de Vie

J’ai repris mon cahier d’esquisses datant de 2003, en vue de parcourir le chemin suivi pour écrire un livre. C’est l’extrait d’une poésie de Lamartine « Ô temps suspend ton vol… » qui apparaît en premier avec des esquisses de roses, peut-être l’influence de « Ronsard » et son ode à Cassandre « Mignonne, allons voir si la rose »

Puis j’ai rempli mon cahier d’esquisses de petits dessins annotés dont en voici quelques uns avec l’aquarelle qui en a résulté, « main ouverte-avenir »:

Art de Vie

 

« vie-cadeau »:

Art de Vie

« Le fil de la vie suit le cours du temps, le chemin du destin »:

 

C’est ainsi que petit à petit le cheminement des pensées s’est accordé aux dessins: esquisses puis 1ères aquarelles.  Et j’en suis venue à la 1ère maquette manuscrite avec aquarelle définitive:

Esquisse

 

Peu à peu  la trame du livre s’est  agencée parmi texte et dessins, après plusieurs mois, car le temps libre est réduit pour tout concilier travail, famille, enfants… Dans les articles qui vont suivre, je vais simplement retracer toutes mes sources d’inspiration.

Un Art de Vie – Un livre

Art de Vie

Depuis 2 mois je me suis lancée dans l’aventure d’écrire dans un blog qui demande temps et énergie, en vue de l’édition de mon livre « Un Art de Vie ». Mais c’est passionnant de faire partager ce qu’on aime, tout ce qui apporte un attrait dans la vie et peut aider à surmonter des moments difficiles.

Pour moi je m’échappe dans  l’Art, la peinture, la photographie et tout ce qui a trait à la lecture.

J’ai commencé à écrire le livre avec un regard sur la vie, la mienne mais aussi celle de mes proches, amis, patients… J’ai retenu 2 écrits de Lamartine et Casanova, car autrefois j’avais une grande collection de poésies (P.de Ronsard, mais aussi J.Prévert, V.Hugo, C.Baudelaire, L.Aragon, P.Eluard, M.Carême….et des anthologies de poésies). Malheureusement tout a disparu dans l’inondation, de même mes « Lagarde et Michard » , livres de français du moyen Age au XXème siècle, que j’ai adorés et qui m’ont accompagnée durant tout mon parcours scolaire.

Par moment je me sens un peu « décalée » quant aux aspirations dans la vie de beaucoup de gens actuellement. Ça ressemble un peu à une fuite en avant, toujours plus rapide  (l’addiction aux jeux vidéo, réseaux sociaux, dernières technologies en informatique ou téléphonie… ). Peut-être faut-il prendre le temps de se poser? J’avais beaucoup aimé un livre « L’éloge de la lenteur » de Carl Honoré. Quand je suis devant mon chevalet avec mes pinceaux en main, je mets en sourdine les soucis ou je les oublie. J’admire tous ces gens tournés vers les autres dans des associations caritatives, solidaires, dans des missions humanitaires, dans la défense des droits de l’homme et de l’environnement… tous ces sportifs dont le sport est « un Art de Vie », tous ces gens qui ont une passion dans la vie, un hobby… Mais tout ceci est un vaste sujet. La vie par moments comporte des passages difficiles qu’il faut pouvoir affronter et ce n’est pas toujours aisé. Voilà pourquoi je me suis posée devant mon bureau avec plume et pinceaux pour écrire le livre.

Je vais  aborder ensuite tout le chemin parcouru avec toutes mes sources d’inspiration.

L’Arbre de Vie un symbole et l’Art de Vie un livre

A l’origine de cette aventure d’écrire un livre, il y a sans doute une envie de faire partager des pensées, des perceptions, des émotions… Il y a très longtemps, j’avais noté une réflexion tirée d’un roman  de Barbara Delinsky:

« Ses perles étaient des moments, une succession de moments heureux, enfilés les uns derrière les autres sur un beau fil bien solide. Les grains de sable, elle les balayait d’un geste et s’empressait de les oublier… »

De plus je collectionne le sable, je suis une « arénophile ». Un jour, lors d’un conversation au sujet de cette pensée,  une collègue m’a fait part d’un poème de Vlada Urosevic, dans le même esprit, lu dans le métro :

« Enferme cet été dans une boîte de paille

Dans une tour de sable

Dans une étreinte de vent

Dans le calice d’un pavot

Enferme le sans forcer

Enferme le pour qu’il puisse de nouveau

Apparaître un jour où tu seras seul un jour d’hiver

Apparaître comme un parfum

Comme un nom oublié

Comme un signe salutaire. »

C’est à partir de là, vers 2002,  que la trame du livre s’est structurée peu à peu, s’appuyant sur des réflexions au sujet de la vie, avec ses hauts et ses bas, qui s’apparente à la peinture avec ses  jeux d’ombre et  lumière, de clair et d’obscur. J’ai eu envie d’apporter de la couleur avec des aquarelles, afin d’en atténuer les propos, et comme fil conducteur une petite fille et ses « doudous ». J’ai puisé l’inspiration pour les dessins, dans des images ou photos captées au fil des jours. Puis la question s’est posée: quel titre apporter au livre? C’est alors qu’il s’est imposé un jour comme un « déclic » avec un regard sur mon tapis qui représente l’Arbre de Vie.

Art de Vie

L’histoire de ce tapis remonte à une vingtaine d’années alors que nous étions en voyage organisé en Turquie.  Un « passage obligé » chez un fabricant de tapis était une  motivation de ce voyage pour certains, mais ce n’était vraiment pas notre cas. Nous étions assis en cercle dans une grande salle et nous avons regardé défiler sous nos yeux des tas de tapis de toutes les tailles, toutes les couleurs… Les gens intéressés étaient ensuite conduits dans d’autres salles pour conclure le marché. C’est alors que j’ai été captivée, attirée comme un aimant, par un tapis en soie et ses reflets différents en fonction de son orientation et de la lumière, dans les tons turquoises, représentant un Arbre de Vie.

Tapis Arbre de Vie-90/140cm

Je voulais le prendre en photo pour en conserver l’image. On nous a alors conduits dans une salle, avec une offre d’achat. Mais loin de là était notre intention de l’acheter. On nous a présenté d’autres tapis avec la même symbolique, plus petits, avec d’autres couleurs, mais sans intérêt à mes yeux. Je voulais seulement conserver le souvenir « pictural » de ce tapis. C’est alors que « le marchandage » a commencé, 2 puis 3 vendeurs, puis le directeur de cette fabrique sont venus pour essayer de nous faire fléchir, en voyant le vif intérêt que ce tapis avait éveillé en moi. Le groupe était déjà parti quand, après de longues discussions et de plus en plus de conditions attractives d’achat, nous avons fait l’acquisition de ce tapis qui pour moi est un peu comme une « œuvre d’Art ». Le ressenti de chacun est personnel devant un tableau, un dessin, une sculpture, un bijou, ou à la lecture d’un livre… J’ignore pourquoi j’ai eu une telle attirance pour ce tapis: la couleur, les reflets, la symbolique?

L’Arbre de vie en effet a toute une riche symbolique universelle dans l’histoire de la philosophie, des religions, des mythologies, des traditions et cultures du monde, de la science… C’est pourquoi il est un modèle de prédilection pour bien des artistes qu’ils soient sculpteurs, graveurs…ou peintres comme Klimt:

L'Arbre de Vie- Palais Stoclet-Bruxelles

Il est l’expression de la force de la vie, son mystère et ses origines, il est le symbole végétal de la vie. Il représente le « trait d’union » entre le terrestre avec ses racines qui plongent en pleine terre et le divin avec sa ramure qui monte en plein ciel. Il est aussi le symbole des lois de l’univers, de l’immortalité, de la fécondité, du cycle de la vie, de la vie en perpétuelle évolution: l’arbre perd son feuillage en hiver mais le retrouve au printemps.  Il assure la protection, représente force, sagesse, beauté… Il est aussi associé à des animaux selon les différentes cultures, dragons, phénix, oiseaux. Un couple d’oiseaux fait allusion au mariage et à la régénération.

Tapis Arbre de Vie

Ce chapitre en fait ouvre des voies vers tout le symbolisme de l’arbre: arbre de vie mais aussi arbre de la connaissance, arbre généalogique, arbre sacré des mondes archaïques etc… que je vous laisse découvrir.